"Koh-Lanta" endeuillé par un deuxième drame

Le médecin de l'émission de téléréalité s'est suicidé au Cambodge. Francetv info revient sur la chronologie de cette affaire médiatique.

Le présentateur de l\'émission, Denis Brogniart, pose devant le logo de l\'émission \"Koh-Lanta\".
Le présentateur de l'émission, Denis Brogniart, pose devant le logo de l'émission "Koh-Lanta". (TF1)

Le docteur Thierry Costa, 38 ans, médecin du programme phare de téléréalité "Koh-Lanta", s'est donné la mort lundi 1er avril au Cambodge, a annoncé la production de l'émission Adventure Line Productions (ALP) dans un communiqué. Le tournage de "Koh-Lanta" avait été annulé à la suite de la mort, le 22 mars, de l'un des candidats.

Ce suicide est le deuxième drame qui frappe l'émission en l'espace de dix jours : francetv info revient sur la chronologie de cette affaire au retentissement très médiatique. 

Gérald Babin, 25 ans, meurt sur le tournage

Le drame s'est produit le 22 mars, lors de la première épreuve, qui se déroulait sur les plages de l'île de Koh Rong, dans le sud du Cambodge. C'est là que devait avoir lieu l'édition 2013 du jeu. Ce jour-là, Gérald Babin, 25 ans et originaire de la région parisienne, est victime de plusieurs arrêts cardiaques. Pris en charge par le médecin urgentiste de l'émission, qui lui a prodigué les premiers soins avant de décider de l'évacuer vers l'hôpital, il meurt quelques heures plus tard. En bonne condition physique, Gérald Babin "avait fait l'objet de tests médicaux qui n'avaient pas révélé de problèmes de santé", précise Le Parisien. 

Le lendemain du drame, la chaîne annonce l'annulation de la saison 2013 et refuse alors d'évoquer une édition 2014. 

 

Des témoignages anonymes mettent en cause la production 

Au Cambodge, les autorités classent l'affaire, estimant qu'il s'agit d'une mort naturelle. Mais en France, trois témoignages anonymes viennent semer le trouble : ils pointent une éventuelle responsabilité de la production. Selon l'un d'eux, publié par le site Arrêt sur images le 27 mars, "il a d’abord été décidé d'évacuer Gérald à l'hôpital par bateau, alors qu'un hélicoptère est théoriquement disponible, mais cela est jugé inutile et trop coûteux par la production." "Des heures (au moins deux heures)" se sont écoulées entre le premier malaise et la prise en charge du candidat à l'hôpital, accuse cette source. 

Une enquête préliminaire pour homicide involontaire est ouverte le 28 mars par le parquet de Créteil. 

La production porte plainte pour diffamation 

Mise en cause par ces témoignages anonymes, la production annonce le dépôt d'une plainte pour diffamation. "Les propos poursuivis mettent en cause les circonstances du décès, en particulier le rôle du médecin sur le lieu de tournage, précise ALPUne enquête judiciaire dira nécessairement toute la vérité sur les causes et circonstances du décès de Gérald Babin et démontrera que toutes les règles de sécurité ont été respectées."

Le médecin, qui veut "laver" son honneur, se suicide 

Le 1er avril, la production annonce le suicide de Thierry Costa, médecin de l'émission de téléréalité. Ce dernier était resté au Cambodge. Dans une lettre rendue publique selon son propre souhait et en accord avec sa famille, il explique les raisons de son geste. 

"Ces derniers jours, mon nom a été sali dans les médias. Des accusations et suppositions injustes ont été proférées à mon encontre", écrit le médecin, qui se défend de toute négligence. "De la même façon, je suis certain d'avoir traité Gérald de manière respectable, comme un patient et non comme un candidat", poursuit  le médecin-urgentiste, embarqué depuis quatre saisons avec l'équipe de l'émission de téléréalité. "Je m'endors serein ce soir, sans aucune rancœur même contre les médias. Parce que devoir reconstruire cette réputation détruite me serait insupportable. C'est donc mon seul choix possible."

La production blâme la polémique

A l'annonce du suicide, les collaborateurs de Thierry Costa évoquent "son très grand professionnalisme et son humanité à l'égard des participants et des équipes de production [qui] ont toujours fait l'unanimité", écrit ALP. "Cet événement tragique doit inciter ceux qui accusent et commentent sans discernement à faire preuve de responsabilité."

Nonce Paolini, le PDG de TF1, a évoqué lui aussi la responsabilité des accusateurs anonymes et des médias : "Face à cette tragédie, je laisse à leur conscience les auteurs des propos anonymes tenus sur les circonstances du décès de Gérald Babin, ainsi que ceux qui les ont colportés, avant même que toute la lumière ait été faite sur ce drame."

Les anciens candidats vantent les qualités du médecin 

Du côté des anciens participants à l'émission, la stupeur et l'étonnement dominent. "C'était un médecin extraordinaire, près de nous, toujours très attentionné", confie à Sud-Ouest Vanessa, candidate et finaliste de la dernière édition. "Il surveillait chaque petite plaie et nous prenait la tension avant chaque épreuve, même si l'on n'avait pas demandé à le voir." 

Ce souvenir est partagé par Martin, ancien participant cité cette fois pas i-Télé : "Il était là tout le temps. Il demandait à chaque fois si on avait besoin de le voir." Pour Benoît, candidat de la saison 11, contacté par 20 minutes.fr, "la production n’a vraiment aucun reproche à se faire à mon avis. (...) Je n’ai jamais autant été observé à la loupe que pendant l’émission."

Arrêt sur images demande le "script" et les "rushes"

Dans une note adressée à ses lecteurs, le site Arrêt sur images (@si) répond aux accusations formulées à l'encontre des médias. "La nouvelle du suicide de Thierry Costa touche évidemment @si, qui a été le premier site à publier un témoignage mettant en cause des négligences dans les soins et l'évacuation de Gérald Babin", prévient Daniel Schneidermann, directeur de la publication d'@si.  "Les communiqués de la société ALP et de TF1, mettant en cause implicitement les révélations de la presse dans le suicide de Thierry Costa, nous semblent particulièrement malvenues",ajoute-t-il.

"Pas un mot, dans ces deux réactions officielles, ne témoigne du désir de ces deux sociétés de contribuer à l'établissement de la vérité." @si réclame également la publication du "script du tournage de l'émission, qui en relate les péripéties, minute par minute ; et les rushes de ce même tournage (...)"