Le CSA refuse la gratuité aux chaînes LCI, Paris Première et Planète+

Le Conseil supérieur de l'audiovisuel a statué mardi sur les demandes effectuées par les trois chaînes, qui émettent sur des bouquets payants, de passer sur la TNT gratuite.

Le logo du CSA, le Conseil suéprieur de l\'audiovisuel, qui a refusé le passage sur la TNT gratuite des chaînes LCI, Paris Première et Planète+.
Le logo du CSA, le Conseil suéprieur de l'audiovisuel, qui a refusé le passage sur la TNT gratuite des chaînes LCI, Paris Première et Planète+. (THOMAS SAMSON / AFP)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Le CSA dit non. Le Conseil supérieur de l'audiovisuel a indiqué, mardi 29 juillet, qu'il refusait le passage à la TNT gratuite des chaînes de télévision LCI, Paris Première et Planète+, qui émettent aujourd'hui sur des bouquets payants. Les chaînes, qui appartiennent respectivement au groupe TF1, M6 et Canal+, ont donc vu leur demande de rejoindre le clan des 25 chaînes gratuites de la TNT rejetée.

Selon le communiqué publié par le CSA, ces demandes sont en contradiction avec la "baisse marquée des recettes publicitaires des services de télévision". Autrement dit, l'apparition de trois nouveaux acteurs pouvaient déstabiliser le secteur, alors que plusieurs chaînes de la TNT font état de situations financières fragiles.

Ne pas plomber la concurrence

Concernant le refus opposé à LCI, la chaîne d'information en continue du groupe TF1, source de polémique depuis plusieurs mois, le Conseil justifie sa décision par une volonté de ne pas surcharger un secteur déjà occupé par BFMTV et i-Télé. "L’une est arrivée récemment à l’équilibre et la seconde connaît un déficit d’exploitation", justifie le CSA.

Pour Paris Première aussi, permettre sa gratuité "serait susceptible d’affecter la viabilité économique et financière de chaînes de la TNT gratuite offrant un format et s’adressant à un auditoire présentant des analogies". Idem pour RMC découverte, chaîne gratuite arrivée seulement en 2012, dont le modèle économique serait menacé par la gratuité de Planète+ d'après le Conseil.