Cet article date de plus de six ans.

Les "Guignols de l'info" disent "a'tchao bonsoir" à la marionnette de PPDA

Le célèbre PPD a été éclipsé de l'émission "Les Guignols de l'info", qui a été reconduite sur Canal+ dans une version totalement retravaillée. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La marionnette de Patrick Poivre d'Arvor sur le plateau de l'émission "Les Guignols de l'info", sur Canal+, en 2009. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

Il était en latex et pouvait se targuer d'être l'un des plus vieux présentateurs du PAF. PPD, la marionnette de Patrick Poivre d'Arvor, qui présentait "Les Guignols de l'info" depuis 1990, a été évincé de l'émission reconduite sur Canal+ dans une version totalement retravaillée. Elle sera diffusée en crypté, à 20h50 au lieu de 19h50, sans plateau de JT... et donc sans son présentateur vedette. La nouvelle formule de ce programme est détaillée par Télé 2 semaines, vendredi 4 septembre.

"La nouvelle formule sera davantage tournée vers l’international et traitera moins des sujets franco-français", précise le magazine télé. "Les auteurs ont eu comme consigne de chercher leur inspiration dans l’actualité d’un Top 100 de personnalités mondiales les plus en vue sur les réseaux sociaux", explique-t-on en coulisses à Télé 2 semaines.

Décor d'une salle de rédaction

Conséquence de ce nouveau positionnement : PPD, la marionnette de PPDA, est éclipsée. "Si elle ne disparaîtra pas complètement, elle sera toutefois reléguée au second plan, selon le magazine. La nouvelle formule a en effet choisi de tourner le dos à la formule du faux JT, pour avoir comme nouveau décor une salle de rédaction." Une nouvelle formule qui est également liée au nouvel horaire des "Guignols de l'info" (20h50). Ses nouveaux concurrents ne sont donc plus les journaux télévisés des grandes chaînes. 

La possible disparition des "Guignols", annoncée par plusieurs médias au printemps, a provoqué une très forte mobilisation sur les réseaux sociaux, ainsi que dans les médias et le monde politique. Face aux syndicats très remontés sur la question, Vincent Bolloré, le patron de Vivendi, a défendu le programme, indiquant qu'il "constituait un actif indissociable de la chaîne".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Télévision

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.