"Times Square" au Théâtre Montparnasse : Guillaume de Tonquédec dans un rôle à contre-emploi où il excelle

Dans "Times Square", mis en scène par José Paul, Guillaume de Tonquédec n’est ni le gendre idéal, ni le père modèle, mais un prof d’art dramatique à la dérive, ex-grand comédien passé de mode.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Guillaume de Tonquédec et Camille Aguilar dans "Times Square" (FABIENNE RAPPENEAU)

Guillaume de Tonquédec retrouve José Paul qui le mettait en scène dans la très réussie Garçonnière. Tête d’affiche, le comédien enchaîne les projets mais en bon artisan qui n’a pas pris la grosse tête, il remonte régulièrement sur les planches où le public savoure sa forte présence et son talent comique. Mais dans Times Square, il endosse un rôle qui lui permet de déployer des facettes moins convenues de son talent.

Dans un vieil immeuble du quartier de Times Square, la Mecque des théâtres new-yorkais, le comédien Matt Donovan noie ses blessures et son amertume dans le whisky. Dans l’ombre, son frère, discret et effacé, veille sur lui (Marc Fayet plein d’humanité). Un jour une jeune comédienne frappe à sa porte lui demandant de la coacher pour décrocher le rôle principal dans Roméo et Juliette

"Times Square" de Clément Koch au Théâtre Montparnasse (FABIENNE RAPPENEAU)

Guillaume de Tonquédec, du grincheux désespéré à l'acteur éclairé 

Dans ce décor unique d’appartement défraichi, avec vue sur les gratte-ciel de Manhattan, les bruits de la ville et son énergie nous arrivent par bouffées, rendant d’autant plus mélancolique l’isolement dépressif dans lequel se complet Matt. Celui-ci s’est claquemuré dans une intransigeance désespérée, refusant de faire davantage de compromis, ce qui l’a rendu hermétique au monde qui l’entoure. A une exception près : Tyler, un ancien marine blessé en Afghanistan, réduit à gagner sa vie comme peluche vivante (touchant Axel Auriant). Matt a pris sous son aile le jeune homme handicapé par son bégaiement. 

L’arrivée de Sara Bump, remplie d’espoir et de vie, va redistribuer les rôles : serveuse et apprentie comédienne elle est prête à tout pour remporter l’audition (Camille Aguilar, pleine de fraicheur).

Camille Aguilar et Guillaume de Tonquédec dans "Time Square" (FABIENNE RAPPENEAU)

Tonquédec surprend dans ce rôle de comédien qui a perdu foi en son métier : "Ce serait assez marrant qu’un type comme moi qui s’est battu toute sa vie pour se faire un nom, termine aux Alcooliques Anonymes !". Le comédien porte la pièce de bout en bout, faisant évoluer son personnage d’épouvantable grincheux vers celui d'acteur éclairé qui reprend goût à la vie en transmettant, sans langue de bois, la passion pour son art : "L’acteur qui ne fait qu’écouter sans prendre de risque, bien peinard dans son costume de scène, c’est juste un salopard de spectateur qui n’a pas payé sa place !". 

Leçon de théâtre 

L'auteur de la pièce, Clément Koch, qui est également comédien, a longtemps vécu en Angleterre où il a développé une bonne connaissance du monde anglo-saxon, on se souvient de sa pièce Sunderland. Sa nouvelle pièce, pleine d’autodérision et de mordant mais aussi d’humanité, nous transporte dans l’envers du décor dont il met en relief les faux-semblants et la vanité : "Ceux qui vous diront qu’ils font ce métier par amour du beau texte sont de sales hypocrites. C’est d’abord par amour de nous-mêmes que nous faisons ça !", assène Matt à Sara encore pleine d’illusions.

"Times Square" (FABIENNE RAPPENEAU)

Mais cette ironie amère ne va pas résister à l'enthousiasme de la jeune fille, à son feu sacré, elle qui ne voit, un peu innocemment, que les beautés de l'art dramatique. On se doute que Matt va se laisser convaincre, notamment dans une scène où, éblouissante, elle incarne Juliette et tous les autres personnages.

Evidemment il sera aussi question de l'exigence et des sacrifices du comédien, de la peur au ventre qui les prend avant chaque spectacle. Des considérations qu'on a déjà entendues mais qui, dans la bouche de Tonquédec, apparaissent comme neuves. "Est-il normal d’avoir envie de monter sur scène devant des centaines de gens pour se faire applaudir ?", interroge Matt. La réponse est dans Times Square, drôle et sensible mise en abyme sur le théâtre.  

"Times Square" de Clément Koch
Théâtre Montparnasse
31 rue de la Gaîté, Paris XIVe
01 43 22 77 74
Du mardi au samedi à 20h30, samedi 17h, dimanche 15h30

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Théâtre

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.