Shriti Vadera, première femme et personne non blanche nommée à la tête de la Royal Shakespeare Company

Cette nomination intervient alors que la Royal Shakespeare Company est confrontée au défi de préparer son retour après de longs mois de confinement, en cours d'assouplissement au Royaume-Uni.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Shriti Vadera en 2018. (TOLGA AKMEN / AFP)

La femme d'affaires britannique Shriti Vadera a été nommée à la tête de la Royal Shakespeare Company (RSC), première femme et personne non blanche à occuper ce poste, a annoncé le 28 avril la prestigieuse troupe théâtrale. Cette ancienne banquière d'affaires, née en Ouganda avant de fuir le pays avec sa famille d'origine indienne quand les Asiatiques en ont été expulsés par le dictateur Idi Amni Dada, succédera à l'automne à Nigel Hugill, en place depuis dix ans.

"Passionnée par les arts"

Depuis janvier, Shriti Vadera préside l'assureur britannique Prudential. Elle a été présidente de la banque Santander UK entre 2015 et 2020, après un passage au gouvernement entre 2007 et 2009, où elle a notamment été secrétaire d'État aux Petites entreprises et à la Compétitivité sous le gouvernement travailliste de Gordon Brown. Elle avait figuré parmi les favoris à la succession de Mark Carney comme gouverneur de la Banque d'Angleterre.

"J'ai grandi en Ouganda et en Inde, dans une communauté traditionnelle où les attentes concernant le développement des filles étaient minces et strictes, a-t-elle commenté. J'ai lu et imaginé Shakespeare avant d'en voir des représentations et cela m'a ouvert un monde différent, donné le courage d'aspirer à des possibilités qui ont transformé ma vie", a-t-elle ajouté, se disant "passionnée par les arts".

"Tandis qu'elle émerge de l'une de ses années les plus difficiles en raison de la pandémie, je suis excitée de soutenir et défendre la RSC comme sa nouvelle présidente et de regarder vers l'avenir. C'est une joie et un honneur", a-t-elle conclu.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.