Festival Off d’Avignon : "Déglutis, ça ira mieux", l’euthanasie entre rires et larmes par Eric Métayer et Andréa Bescond

Après le succès de leur spectacle "Les Chatouilles ou la danse de la colère", Andréa Bescond et Eric Métayer présentent leur nouvelle création dans le Off d’Avignon : "Déglutis, ça ira mieux". Avec Isabel Otero et Géraldine Martineau.

\"Déglutis, ça ira mieux\" d\'Eric Métayer et Andréa Bescond. Avec Géraldine Martineau et Isabel Otero.
"Déglutis, ça ira mieux" d'Eric Métayer et Andréa Bescond. Avec Géraldine Martineau et Isabel Otero. (FABIENNE RAPPENEAU)

Bescond-Métayer, ces deux-là sont inséparables, les voilà trois fois à l’affiche dans le Off d’Avignon. Avec d’abord deux reprises (Les Chatouilles, spectacle sur la pédophilie joué pour la première fois par une autre comédienne qu’Andréa, dont c’était l’histoire, et la reprise par Eric de son solo désopilant, Un monde fou, qui lui a valu le Molière du seul-en-scène en 2008) ; leur création écrite à quatre mains, explore elle encore une fois, un sujet douloureux et même encore tabou, l’euthanasie.  

Eric Métayer et Andréa Bescond à Avignon devant le Théâtre du Balcon où se joue leur nouvelle pièce \"Déglutis ça ira mieux\"
Eric Métayer et Andréa Bescond à Avignon devant le Théâtre du Balcon où se joue leur nouvelle pièce "Déglutis ça ira mieux" (CECILE MELLA)

Déglutis, ça ira mieux, c’est l’histoire d’Aline, une femme fantasque et fragile, qui n’a pas toujours assumé ses responsabilités de mère. Atteinte d’une maladie dégénérative, elle décide de retrouver Nina, sa fille qui l’a fuie depuis des années. La confrontation des deux femmes ne va pas être de tout repos.

Joli duo d'actrices   

C’est Isabel Otero qui incarne avec beaucoup de sensibilité cette mère adolescente, mais solaire et vaillante face au destin. La fille, méfiante, aussi introvertie que sa mère est solaire, c’est Géraldine Martineau (Molière de la révélation théâtrale pour Le Poisson belge en 2016). Un joli duo d’actrices pour incarner une mère et une fille que tout semble opposer et qui peu à peu se redécouvrent dans des situations parfois cocasses. Dans une scène savoureuse elles se retrouvent dans un karaoké ringard où les souvenirs remontent, et la tendresse aussi.  

\"Déglutis ça ira mieux\" d\'Eric Métayer et Andréa Bescond
"Déglutis ça ira mieux" d'Eric Métayer et Andréa Bescond (FABIENNE RAPPENEAU)

Choisir

Quel regard porte-t-on sur la vie quand elle nous est comptée. A-t-on envie de se battre quoi qu’il en coûte ? Comment affronter la mort ? Andréa Bescond et Eric Metayer abordent avec délicatesse une question difficile. "C’est un sujet qui nous a touchés de près, nous confie Eric Métayer dans les coulisses du théâtre. On ne cherche pas à donner une réponse comme pour la pédophilie. Là on veut dire : laissez-moi le choix. Si je suis au bout de ma vie mais que je veux, malgré la douleur, me donner encore du temps, laissez-moi le droit de le faire. Mais si je ne veux pas me voir délabré, laissez-moi aussi le droit de prendre une décision. Il n’y a pas une religion qui a le droit de me dire que je ne peux pas le faire."

Géraldine Martineau et Isabel Otero dans \"Déglutis ça ira mieux\" d\'Eric Métayer et Andréa Bescond
Géraldine Martineau et Isabel Otero dans "Déglutis ça ira mieux" d'Eric Métayer et Andréa Bescond (FABIENNE RAPPENEAU)

Vincent Lambert 

La pièce prend désormais une résonance encore plus troublante avec la fin de vie de Vincent Lambert qui remet cette question dans l’intime de chaque spectateur. "Il n’y avait qu’une seule personne qui pouvait prendre la décision, c’était lui, réagit d’ailleurs Eric Métayer. Je pense qu’il l’avait donnée, il ne voulait pas partir comme un légume. Je suis heureux pour lui, je suis triste pour les parents qui considéraient qu’il n’était pas mort tant qu’il était en vie. Et je suis heureux pour le reste de la famille qui maintenant peut faire son deuil."

Déglutis ça ira mieux, bénéficie d’une très jolie scénographie avec vidéo mapping intelligemment distillé. Le talent des deux comédiennes fait qu’on assiste à une tranche de vie pleine d’énergie et d’humour alors qu’on sait déjà l’inéluctable. C’est tout le paradoxe d’Eric Métayer et sa qualité humaine d’être capable de prendre à bras-le-corps un sujet terriblement difficile, et, le même soir, de continuer de nous faire rire aux larmes avec ce Monde fou que nous avions vu il y a 10 ans et qui n’a pas vieilli d’un cheveu.    

"Déglutis, ça ira mieux" d'Andréa Bescond et Eric Métayer 
Avec Isabel Otero et Géraldine Martineau 
Théâtre du Balcon 
38 rue Guillaume Puy, Avignon 
0490850080
Du 5 au 28 juillet 2019 (relâche les 9, 16, 23 juillet)
à 22h30 

"Un Monde fou" de Becky Mode 
Avec Eric Métayer 
Condition de soies 
13, rue de la Croix, Avignon 
0490224843
Du 5 au 28 juillet 2019 (relâche le 22 juillet) 
à 18h30

"Les Chatouilles ou la danse de la colère" d'Andréa Bescon 
Avec Deborah Moreau 
Chêne Noir
8 bis rue Sainte Catherine, Avignon 
0490867487 
Du 5 au 28 juillet 2019 (relâche les 8, 15, 22 juillet)
à 20h45