Festival d'Avignon : "Lewis versus Alice" de Macha Makeïeff revisite avec faste "Alice au pays des merveilles"

Familière des projets hors normes, Macha Makeïeff écrit et met en scène "Lewis versus Alice", d’après "Alice au pays des merveilles", au Festival d’Avignon.

\"Lewis versus Alice\" de Macha Makeïeff, création au festival d\'Avignon 2019.
"Lewis versus Alice" de Macha Makeïeff, création au festival d'Avignon 2019. (© Christophe Raynaud de Lage)

Classique de la littérature pour la jeunesse et de la littérature tout court, Alice au pays des merveilles de Lewis Carroll connaît de multiples adaptations, au théâtre, au cinéma, musicales, illustrées… Macha Makeïeff a écrit et mis en scène une pièce musicale fastueuse, Lewis versus Alice, où l’accent est mis sur son auteur, Lewis Carroll, sa vie, son œuvre, son univers, ses mondes. Dans des décors merveilleux, des costumes splendides, sur des musiques et chants où le lyrique s’allie à l’électro-gothique : une approche décoiffante, ébouriffante, confondante au Festival d’Avignon, à La Fabrica, du 14 au 22 juillet.

Théâtre d’orfèvre

Macha Makeïeff a conçu une scène encombrée comme un cabinet de curiosités. Avec au centre une bâtisse toute en ombre chinoise et transparence, où l’on monte à l’étage par l’escalier ou à l’échelle. De façon éparse, sont disposés fauteuils, chaises et canapés, une grande table, un piano, un harmonium, des animaux empaillées. Des bêtes anthropomorphes traversent constamment le plateau sous des lumières changeantes, deux miroirs sales, parfois habités d’un portrait, encadrent ce lieu étrange, des objets hétéroclites descendent et montent des cintres…

Théâtre La Criée

Nous sommes dans la tête de Lewis Carroll (1832-1898), pseudonyme de Charles Lutwidge Dogdson, romancier, essayiste, mathématicien photographe, fils de pasteur anglican et enseignant à Oxford. Drôle d’oiseau que ce Lewis Carroll, au carrefour des mathématiques et du nonsense britannique dont il est l’incarnation la plus achevée. Un paradoxe à lui tout seul, comme il aimait tant les manier. Toujours en quête de jeux entre signifiants et signifiés avec ses charades, devinettes et énigmes, les plus fameuses étant celles qui n’ont pas de solution.

Mystères

Spectateurs en quête d’histoire, passez votre chemin. Ou plutôt délectez-vous de toutes celles qui traversent une représentation ou elles se succèdent selon la logique des rêves. A commencer par celle d’Alice qui ne pouvait qu’être duelle sur cette scène multiple. "Alice au pays de merveilles" bien sûr, mais aussi Alice Liddell, fillette de 8 ans qui inspira son conte à Lewis Caroll et pour laquelle il l’a écrit. "Et vous qui croyez-vous que c’était ?", "Vous, qui êtes-vous ?", sont des leitmotivs de la pièce. La quête d’identité, la recherche d’un sens absent, source de vertige, sont au cœur d’"Alice". 

\"Lewis versus Alice\" de Macha Makeïeff, création au festival d\'Avignon 2019.
"Lewis versus Alice" de Macha Makeïeff, création au festival d'Avignon 2019. (© Christophe Raynaud de Lage)

Pour cette évocation de Lewis Carroll, plus que pour celle de son œuvre, Macha Makaïeff visualise un labyrinthe mental chatoyant et inquiétant, en se servant des créations de leur auteur. Des épisodes et personnages emblématiques de ses contes traversent la pièce : le chapelier fou, le lièvre de Mars et leur thé de non-anniversaire, le chat du Cheshire, le Snark, la chenille au narguilé, la reine et le roi de cœur…

Ponctué de musiques et chants étranges, dans un décor de fantaisie baroque, Lewis versus Alice évoque les spectacles féériques du théâtre victorien, avec ses effets spéciaux scéniques, ses tours de magie et projections lumineuses. L’art des peintres préraphaélites contemporains qu’affectionnait Lewis Carroll sont du voyage. L’on reconnaît avec délectation la berceuse chantée par la toute jeune Pamela Franklin dans Les Innocents de Jack Clayton, d’après Le Tour d’écrou de Henry James. Lewis versus Alice est un bonheur des sens à la gloire du nonsense. Merveilleux.

Lewis versus Alice
De Macha Makaïeff 
Mise en scène : Macha Makaïeff 
Interprètes  : Geoffrey Carey, Caroline Espargilière, Vanessa Fonte, Clément Griffault, Jan Peters, Geoffroy Rondeau, Rosemary Standley

Théâtre La Fabrica
11 rue Paul Achard, 84000 Avignon (extra-muros)
Du 14 au 22 juillet

Réservations : +33(0)4 90 14 14 14