A Villeurbanne, "1983" fait revivre la Marche pour l’égalité et contre le racisme sur la scène du TNP

La pièce de théâtre revient sur la première grande manifestation antiraciste organisée en France. C’était il y a 39 ans.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
"1983" pièce de théâtre de la Compagnie Nova à l'affiche du TNP de Villeurbanne jusqu'au 20 novembre 2022 (France 3 Rhône-Alpes)

En 1983, après de nombreux faits divers racistes, une marche part de Marseille avec une quinzaine de jeunes français issus de l’immigration. Au fil des villes traversées, le cortège s’étoffe. La marche s’achève à Paris avec près de 100 000 personnes. La pièce de théâtre 1983 plonge le spectateur dans ces années 80 où le racisme prend de l’ampleur. Quarante ans plus tard, le sujet est toujours d’actualité.  

"1983" pièce de théâtre sur la Marche pour l'égalité et contre le racisme
France 3 Rhône-Alpes : M. Aissou / S. Allec / B. Fontaine

Une pièce pour continuer le combat 

"Ce spectacle fait un détour par le passé pour parler d’aujourd’hui" reconnaît Margaux Eskenazi, metteuse en scène de 1983. La dernière création de la Compagnie Nova, de Seine-Saint-Denis, prend comme point de départ la première grande "Marche des beurs", nom donné par les médias de l’époque. Le spectacle a nécessité plus de deux ans de préparation. Il s’appuie sur des recherches historiques approfondies et des enquêtes auprès des marcheurs et de leurs descendants. Des témoignages parfois amers quant à la place encore prépondérante du racisme en France, en 2022. "Il y a quand même une peine, comme si un rendez-vous avait été raté" explique la comédienne Loup Balthazar. "Mais, s’il avait été manqué, on ne serait pas en train de leur rendre hommage sur scène et vouloir continuer leur combat" ajoute optimiste la jeune femme.  

Une marche lancée depuis les Minguettes 

Si la pièce de théâtre1983 débute sa tournée à Villeurbanne, près de Lyon, ce n’est pas un hasard. L’idée de cette Marche pour l’égalité et contre le racisme est née à Vénissieux, en banlieue lyonnaise. L’été 1983, de violents affrontements opposent policiers et jeunes du quartier de Minguettes. Pendant ces échauffourées, Toumi Djaïdja, alors président de l’association SOS Avenir Minguettes, est grièvement blessé par un policier et hospitalisé en urgence. Le père Christian Delorme et le pasteur Jean Costil de la Cimade proposent alors aux jeunes des Minguettes une longue marche. Elle part le 15 octobre 1983, dans une relative indifférence, de Marseille où un enfant de 13 ans venait d’être victime d’un meurtre raciste. A chaque ville traversée, le cortège prend de l’ampleur. Le 3 décembre, les marcheurs arrivent à Paris. C’est un triomphe. Près de 100 000 personnes défilent dans la capitale. Une délégation, avec Toumi Djaïda, est reçue à l’Elysée. François Mitterrand promet alors une carte de séjour et de travail valable dix ans, une loi contre les crimes racistes et un projet sur le vote des étrangers aux élections locales. Deux autres marches seront organisées en 1984 et 1985. . 

"1983", au TNP de Villeurbanne, 8 place Lazare-Goujon, jusqu’au 20 novembre 2022 ; en tournée jusqu’au 29 mars 2023

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Théâtre

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.