Cet article date de plus de trois ans.

La comédie musicale Hairspray débarque à Paris

Après "Grease", une autre comédie musicale plongeant le spectateur dans l'Amérique d'après guerre s'installe à Paris. "Hairspray" est à l'affiche en français durant un mois aux Folies Bergère.

Article rédigé par
Laurent Valière - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
L'affiche de la comédie musicale "hairspay" aux Folies Bergères, à Paris. (CAPTURE ECRAN DE L'AFFICHE SUR LE SITE DES FOLIES BERGERES)

Hairspray avait été adapté au cinéma avec John Travolta, aux Folies Bergère, c'est Guillaume Bouchède qui fait des étincelles. Après Grease ces derniers mois, voilà une nouvelle comédie musicale au cœur de l'Amérique d'après-guerre sur les planches parisiennes. 

Rencontre avec l'équipe de la comédie musicale Hairspray - Reportage de Laurent Valière
écouter

1962, la ségrégation envers les noirs fait rage à Baltimore, mais une jeune fille un peu boulote va tout bousculer. Sur scène, les comédiens plongent le spectateur dans cette période effervescente avec des costumes colorés jaunes ou mauves, des petites cravates, des danses endiablées et des coiffures collées comme celle de l’héroïne Tracy incarnée par Margaux Millet : "Tracy est une jeune fille de 16 ans, fan d'une émission de télé dans laquelle des jeunes dansent mais elle est rejetée par son physique imposant et elle ne comprend pas ce rejet."

21 acteurs et un orchestre de 11 musiciens en live

Ils sont 21 acteurs, danseurs et chanteurs au total sur la scène des Folies Bergère, accompagnés par une musique ancrée dans les années 60 et jouée en live par un orchestre de 11 musiciens sous les ordres de Ned Grujic, le metteur en scène. Le spectacle en français offre aussi tous les ressorts de la comédie de boulevard avec des répliques qui fusent. Un grain de folie à ce spectacle plein d’énergie.

Hairspray à découvrir aux Folies Bergère jusqu’au 15 avril.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Spectacles

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.