Privé de scène, l'humoriste Jarry fait son show sur les réseaux sociaux

Comme tous les artistes, Jarry est privé de scène depuis plusieurs mois. Pendant le premier confinement, l'animateur et humoriste a lancé son show sur YouTube. Et ça cartonne !

Les amateurs de télécrochets le connaissent bien. En quelques années, Jarry est devenu un visage familier du paysage audiovisuel français. Animateur, chroniqueur, c'est surtout le one man show qui a fait sa réputation. Oui mais voilà, crise sanitaire oblige, il a fallu se réinventer. Pendant le premier confinement, il imagine un rendez-vous régulier avec son public : le Jarry Show était né. 

Un rendez-vous inspiré des TV shows américains

Diffusée sur sa chaîne YouTube, l'émission s'inspire des grands shows américains que sont le Tonight Show de Jimmy Fallon ou le Jimmy Kimmel Live ! A chaque nouveau numéro, Jarry (de son vrai nom Anthony Lambert) reçoit un invité avec qui il partage humour et confidences. Le magicien Eric Antoine, la chanteuse Chimène Badi ou encore la chroniqueuse Enora Malagré sont déjà passés par le "salon" de Jarry.

Avec cette émission, je voulais que nous soyons dans le salon des gens

Jarry

Humoriste

Face au succès, le show à l'origine tourné dans l'appartement parisien de Jarry est aujourd'hui réalisé en studio. En moyenne, chaque numéro du Jarry Show fait 150 à 200 000 vues sur les réseaux sociaux. 

Une BD sur l'homoparentalité

Et décidément, Jarry a plus d'une corde à son arc. En 2020, il a publié un premier tome d'une BD illustrée par le dessinateur Julien Osty. Jarry et ses enfants, Vic et Tim aborde avec humour la délicate question de l'homoparentalité. Père de jumeaux conçus par GPA (gestation pour autrui), l'artiste a eu envie de partager son aventure : "Je n'aime pas ce mot, mais je me suis battu pour avoir le droit d'être appelé Papa". Un deuxième tome de la BD (dont le premier s'est vendu à 20 000 exemplaires) est paru le 14 janvier dernier. 

Jarry dans le studio du Jarry Show.
Jarry dans le studio du Jarry Show. (France 3 Paris-Ile-de-France / G. Bezou)