Cet article date de plus de deux ans.

Divertissement : l’histoire des comédies musicales

Publié
Durée de la vidéo : 6 min.
Divertissement : l’histoire des comédies musicales
Article rédigé par
France Télévisions

Broadway, Londres, Paris… la comédie musicale traverse les époques. L’invité du Soir 3, Laurent Valière, revient sur l’histoire ce phénomène qui est toujours une idée de sortie.

Un des spécialistes des comédies musicales, Laurent Valière, est l’invité du Soir 3. Producteur, et animateur sur France Musique de 42e rue, l’émission consacrée à la comédie musicale, il vient de publier "42e Rue, la grande histoire des comédies musicales". L’occasion de revenir sur un phénomène dont le succès ne se perd pas.
Quels sont les ingrédients pour un spectacle réussi ? "Il faut de bonnes chansons déjà, de bons compositeurs, de bons paroliers, de très bons danseurs et de belles chorégraphies. On connait très bien celles de West Side Story, de Notre-Dame-de-Paris…il faut ensuite des acteurs qui savent à la fois jouer, chanter et danser", précise le producteur. "On a trois fois l’occasion pour un artiste de se planter : soit on ne sait pas jouer, soit on ne sait pas danser, soit on ne sait pas chanter. Et faire les trois, c’est très compliqué", ajoute-t-il.

Un certain renouveau

Où est le renouveau de la comédie musicale ? "Quand vous allez voir des films comme il y a eu au début de l’année 'The Greatest Showman' avec Hugues Jackman, c’était une comédie musicale au cinéma. Il y a aussi beaucoup de spectacles pour enfants qui sont de vraies créations. Au théâtre Mogador (Paris), on a par exemple Tom Sawyer. C’est une vraie comédie musicale pour enfants", indique l’animateur de France musique.
L’impression de toujours tourner sur le même fond est-elle réelle ? "C’est vrai que les classiques, les producteurs aiment bien ça parce que ça fait venir du monde. Mais dans de petits théâtres, comme celui de la Huchette (Paris) où il y a 80 places, on a une petite pièce à trois personnages qui s’appelle 'Comédiens'. Elle est composée par un compositeur de 30 ans qui s’appelle Raphaël Bancou et qui est tout à fait moderne. Donc si, il y a un vrai renouveau", met en avant Laurent Valière.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.