Joséphine Baker "rentre au Panthéon pour tout ce qu'elle a fait dans son engagement civique au service de la nation"

L'essayiste Laurent Kupferman, à l'origine de la pétition pour l'entrée de Josephine Baker au Panthéon, se réjouit de la décision d'Emmanuel Macron et retrace la carrière de la danseuse, résistante et militante antiraciste.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 3 min.
L'artiste, résistante et militante antiraciste Josephine Baker à Copenhague en 1968. (GLOBE PHOTOS / MAXPPP)

Joséphine Baker "rentre au Panthéon pour tout ce qu'elle a fait dans son engagement civique au service de la nation", déclare l'essayiste à l’origine de la pétition pour l'entrée de Joséphine Baker au Panthéon Laurent Kupferman, dimanche 22 août sur franceinfo. Demande acceptée par Emmanuel Macron. La cérémonie aura lieu le 30 novembre 2021.

franceinfo : Vous vous attendiez vraiment à une réponse favorable ?

Laurent Kupferman : On ne s'attend jamais à une décision pareille, c'est une décision prise souverainement par le président de la République. On propose et il dispose. Cela nous a fait un immense plaisir parce que c'est la reconnaissance du parcours d'une femme exceptionnelle qui est, à bien des égards, un exemple.

"C'était vraiment une femme extrêmement courageuse et engagée."

Laurent Kupferman

à franceinfo

Joséphine Baker était beaucoup plus qu'une chanteuse. Qu'a-t-elle fait ?

Elle était meneuse de revue, ce qui n'est pas rien. Dès 1925, elle arrive pour la Revue nègre au Théâtre des Champs-Elysées et elle s'impose comme une femme libre. En termes d'égalité homme-femme ce n'est pas rien. Elle épouse Jean Lion qui est un industriel sucrier, le fondateur de La Pie qui chante, et elle devient française. Pour elle, devenir française cela comporte des devoirs. En 1939, la guerre est déclarée et elle va voir le commandant Abtey et lui dit : "la France m'a tout donné, je lui donne ma vie, faites de moi ce que vous voulez." Elle se met réellement au service des armées françaises. A la capitulation, elle continue son engagement et fait du renseignement de manière réellement risquée. Si elle avait été interpellée avec les documents qu'elle cachait soit dans son soutien-gorge, soit dans ses partitions, elle aurait été fusillée sur le champ. 

Quels autres combats a-t-elle menés ?

C'est la seule femme qui parle aux côtés de Martin Luther King. Elle vient avec son uniforme de l'armée française, avec toutes ses décorations de la résistance et il dit aux Américains de continuer le combat, qu'elle est avec eux, mais qu'elle est française, et qu'elle est dans l'universalisme à la française. Dans un moment où le racisme, l'antisémitisme et le communautarisme remontent je trouve que c'est un très bel exemple. Aujourd'hui, on voit le parcours exceptionnel de cette femme enfin reconnu.

Elle sera la première femme noire au Panthéon

C'était la première star internationale noire, c'est la première femme noire à entrer au Panthéon. Qu'est-ce que cela représente ?

Il faut préciser que ce n'est pas parce qu'elle est une femme noire qu'elle entre au Panthéon. Elle entre au Panthéon pour tout ce qu'elle a fait dans son engagement civique au service de la nation. Je veux aussi mentionner son engagement auprès de la Licra (Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme). Il faut aussi parler de la "tribu arc-en-ciel" parce que c'est la continuation de la mise en œuvre de son idéal. Elle était très discrète, elle ne se mettait pas en avant. C'était très paradoxal, elle était très engagée mais ne mettait pas en avant ses actions. Elle agissait sur le terrain mais ne communiquait pas dessus. On retient d'elle plus la ceinture de bananes que son engagement.

Comment termine-t-elle sa vie ?

Elle a terminé sa vie en principauté de Monaco. Il y avait eu un incident quand elle était à New York dans un restaurant. On l'avait laissée entrer mais on avait refusé de la servir. Là, elle a fait venir un huissier, la presse et il y a eu des manifestations devant ce restaurant pendant des mois. Dans la salle était présente Grace Kelly qui deviendra la princesse de Monaco. Quand Joséphine Baker a connu un revers de fortune, la princesse de Monaco l'a fait venir en Principauté et s'est arrangée pour qu'elle ne manque de rien.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Danse

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.