Avec "Zéphyr", Mourad Merzouki fait flotter un vent de liberté sur la Maison de la danse de Lyon

Le chorégraphe hip-hop originaire de la région lyonnaise présente jusqu'au 22 janvier 2022 sa nouvelle création à la Maison de la danse à Lyon. Une commande du Vendée globe challenge portée par dix interprètes virtuoses qui jouent avec la mer et les vents. 

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
"Zéphyr", la nouvelle création de Mourad Merzouki et de la compagnie Käfig (Laurent Philippe)

Après Paris en décembre, c'est à Lyon, dans sa ville d'origine, que Mourad Merzouki dévoile sa nouvelle création avec dix danseurs. Zéphyr, présenté jusqu'au 22 janvier 2022 à la Maison de la danse, embarque le public pour une épopée éblouissante. 

Danser sur les flots

"Le plus beau voyage est celui qu'on n'a pas encore fait" : c'est avec ces mots du navigateur Loick Peyron que le chorégraphe de hip-hop a débuté sa recherche autour de Zéphyr. Une commande spéciale du Vendée Globe Challenge en 2020 autour de la mer et du vent.

Un plateau noir et brillant, une cale de cargo parée de rouille, des hublots d'où sortent des corps, nous voici donc à bord, avec pour seul maître un équipage confronté aux aléas de la mer. Durant plus d'une heure de traversée, la troupe fait corps avec Éole. De l'apesanteur au souffle du zéphyr, ce vent de l'ouest qui balaie tout sur son passage, les danseurs se transforment tantôt en funambules solitaires, tantôt en monolithe puissant et rageur. Cela donne de magnifiques tableaux, comme le solo d'Ethan dont le corps gracieux s'envole comme un oiseau ou des mouvements de pure énergie tribale et hypnotique transcendée par le groupe. 

"J'ai ressenti quelque chose de très fort, proche du chamanisme", confie une spectatrice lors de la rencontre avec les artistes. Tour à tour ancre et mat, au sol ou dans les airs, les personnages jouent avec le souffle propulsé par d'immenses ventilateurs disposés dans le décor. Pour le public, l'expérience est tout aussi perceptible. "J'avais l'impression d'être avec vous", rapporte une femme du public. Une immersion totale et sensorielle ressentie par le vent qui vient caresser le visage des spectateurs.

De l'ombre à la lumière 

Écrit en dix séquences sur la musique d’Armand Amar, Zéphyr ne raconte pas une histoire mais évoque une multitude d'images et de territoires. Ils sont parfois oniriques, grâce aux très belles lumières de Yoann Tivoli qui nous propulsent successivement d'un désert chaud aux bords du cercle polaire. Parfois plus graves. Tel un Radeau de la Méduse chorégraphié, les dix danseurs se débattent avec les éléments. Des corps tombent et se détachent du groupe, autant de métaphores qui évoquent l'urgence humanitaire des bateaux de fortune qui transportent les réfugiés sur les flots. 

"C'est à chacun de voir sa propre histoire", précise Mourad Merzouki. Une gravité qui fait place à de grandes envolées magnifiées par un ballet de voiles ou la naissance d'une sirène émergeant d'une immense toile de parachute. Tout autant picturale, la danse des drapeaux qui n'est pas sans rappeler le tableau de Géricault La Liberté guidant le peuple. "Artistes ou explorateurs, nous sommes tous à la recherche d'espaces de liberté avec pour tout bagage nos rêves et notre détermination", explique Mourad Merzouki dans sa note d'intention. 

"Zéphyr" création 2021 de la compagnie Käfig (Laurent Philippe)

Une mappemonde de la danse 

Après Pixel puis Vertikal qui propulsait le hip-hop dans les airs, Mourad Merzouki continue d’exalter cette danse dans un jeu avec les forces naturelles. Avec Zéphyr, il explore une fois encore l'intensité et l'énergie de ses danseurs. Pour cette nouvelle création, le chorégraphe de la compagnie Käfig a recruté des interprètes du monde entier et dans diverses disciplines. Ils et elles viennent d'Italie, du Portugal, d'Algérie ou de Toulouse, ils ont appris la danse "dans la rue ou en regardant du hip-hop sur YouTube", confie un jeune danseur, ou dans une académie de danse classique. Mais sur le plateau, les voilà tous réunis pour offrir le meilleur de leur art. Et quand on leur demande où ils arrivent à puiser toute cette fougue, ils répondent en choeur : "Ce sont les autres qui nous portent et c'est vous aussi le public".

Un public lyonnais qui a vu grandir et évoluer le chorégraphe originaire de la banlieue lyonnaise. Depuis 30 ans qu'il officie dans le hip-hop, chaque prestation de Mourad Merzouki est ovationnée à travers le monde. C'est une fois de plus le cas avec Zéphyr qui s'achève en beauté sur le rituel bonus semi-improvisé et qui fait lever toute la salle avec des yeux enchantés. Une parenthèse réjouissante, laissant dans la tête ces quelques vers du poète : "Heureux qui comme Ulysse a fait un beau voyage".

Les danseurs de la compagnie Käfig pour le specacle "Zéphyr" (Laurent Philippe)

"Zéphyr" de Mourad Merzouki à la Maison de la danse de Lyon jusqu’au 22 janvier 2022.

Après Lyon, le spectacle part en tournée au Palais des congrès d'Issy-les-Moulineaux le 9 avril et du 2 au 9 juin au Wolubilis de Bruxelles. 

En replay sur Culturebox jusqu'au 24 février 2023

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Danse

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.