Justice : une enquête pour violences volontaires ouverte contre un acteur de la Comédie-Française

Marie Coquille-Chambel, animatrice d'une chaîne YouTube sur le théâtre, affirme avoir été frappée violemment à trois reprises, aux genoux et au visage. La Comédie-Française s'est dite "choquée".

La façade extérieure de la Comedie francaise, place Colette, dans le 1er arrondissement de Paris.
La façade extérieure de la Comedie francaise, place Colette, dans le 1er arrondissement de Paris. (BRUNO LEVESQUE / MAXPPP)

Une enquête pour violences volontaires par ex-conjoint ou ex-partenaire, visant un acteur de la Comédie-Française, a été ouverte vendredi 3 juillet, et confiée au commissariat du 20e arrondissement de Paris. Une jeune femme, Marie Coquille-Chambel, a porté plainte pour avoir été frappée violemment à trois reprises par ce comédien, a appris franceinfo, mardi 7 juillet, auprès du parquet de Paris.

La Comédie- Française se dit "choquée"

Sur sa page Facebook et dans une série de tweets, Marie Coquille-Chambel, qui anime une chaîne YouTube sur le théâtre, Plain Chant, avait affirmé lundi 29 juin avoir porté plainte après avoir été frappée violemment à trois reprises par un acteur qu'elle n'identifie pas mais qui, selon elle, l'a également menacée de mort. 

J'ai été frappée le 6 mars, le 26 mars et le 2 mai. Coups de poings au visage, dans les côtes, dans le dos quand j'étais à terre, coups de livres, de chaussures. Il m'a tirée par les cheveux dans tout son appartement. Il m'a jetée au sol. Il a tenté de m'étrangler et a laissé des marques sur mon cou. J'ai des enregistrements audio où il me menace de mort", avait indiqué la YouTubeuse qui a publié des photos d'elle montrant des bleus sur ses genoux et une blessure aux lèvres.

"La Comédie-Française est profondément choquée à la découverte des faits de violence insupportables attribués à l'un de ses salariés. Elle les condamne avec la plus grande fermeté et prendra toutes les mesures qui s'imposent", avait réagi l'institution dans un tweet.