"Rhapsodie" : quand une troupe sud-africaine enflamme de son énergie le Cirque Phénix à Paris

Le chapiteau du Cirque Phénix accueille sa nouvelle création spectaculaire, concoctée par une troupe d'artistes Sud-Africains. Une vingtaine de circassiens enchaînent les numéros acrobatiques au rythme des grand tubes pop-rock, joués en live.

Article rédigé par
Margaux Bonfils - franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Rhapsodie, la nouvelle création dansante du Cirque Phénix avec la troupe du Zip Zap Circus. (Laurent Bugnet)

Difficile de savoir où donner de la tête. Dans les airs ou sur la piste, les artistes survoltés occupent la totalité de l’espace pour le plus grand plaisir du public. Ce show survitaminé c’est Rhapsodie, la dernière création à l’affiche du Cirque Phénix dans le 12e arrondissement parisien. Une vingtaine de circassiens enchaînent acrobaties et chorégraphies dans une énergie bouillonnante. Tous viennent du Zip Zap Circus, une école sociale créée par une Française et un Sud-Africain il y a trente ans. “Ce sont des enfants qui viennent des bidonvilles et c’était notre rêve de créer un jour un spectacle pour la France”, explique Alain Pacherie, directeur du Cirque Phénix. 

Rhapsodie, la nouvelle création survoltée du Cirque Phénix
France 3 Paris Île-de-France

Les plus de deux heures de spectacle sont rythmées au son de l'orchestre symphonique de Cape Town et ses dix-huit musiciens. Les reprises des plus grands tubes pop-rocks font vibrer le public : le puissant Rolling on the River de Tina Turner, l'émouvant My Way de Nina Simone, en passant par le célèbre I’m Still Standing, d’Elton John. Parfois, les circassiens créent leur propre partition grâce à une performance de Gumboot. Une danse percussive, créée à l'origine par les miniers de Johannesbourg au début du 20e siècle. Le bruit de leurs bottes en caoutchouc frappées sur le sol servait de moyen de communication et permettait de contourner l’interdiction de parler entre ouvriers. 

Toujours plus haut

Le bon déroulé des numéros est scrupté de près par Sabine, fille des fondateurs de Zip Zap Circus et spécialiste des performances aériennes. “J’étais très surprise par le niveau des acrobates, ils ont l’habitude de s’entraîner sur le sol sans tapis et quand ils ont des grandes scènes comme celle-ci, ils sautent encore plus haut”, précise Sabine Van Rensburg. Rhapsodie enflammera le chapiteau  parisien jusqu’au 15 janvier avant de partir en tournée. 

"Rhapsodie", Cirque Phénix , Paris 12e jusqu'au 15 janvier puis en tournée dans toute la France

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Cirque

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.