"Baron noir", la série politique de Canal +, n'aura pas de quatrième saison

Le co-créateur de la série a annoncé au magazine "Télérama" que "Baron noir" se terminait avec la saison 3.

Anna Mouglalis, Kad Merad et Niels Arestrup dans \"Baron Noir\". 
Anna Mouglalis, Kad Merad et Niels Arestrup dans "Baron Noir".  (Mathieu Zazzo / Canal+)

Clap de fin pour le Baron noir, alias Philippe Rickwaert, interprété par Kad Merad sur Canal +. Le cocréateur de la série Eric Benzekri et le directeur de la fiction de la chaîne Fabrice de La Patellière, ont annoncé au magazine Télérama (article pour les abonnés) que leur série de fiction politique n'aura pas de quatrième saison. Une annonce qui peut se révéler surprenante pour de nombreux téléspectateurs alors que la fin de la troisième saison apportait de nouvelles évolutions de l'intrigue, pouvant laisser entendre une suite. Eric Benzekri explique à l'hebdomadaire : "c'est ma décision et je l'assume." "Pour lui, resigner c’était repartir sur un nouveau cycle d’écriture et y consacrer à nouveau six ans de sa vie… Et pour nous, ce n’était pas envisageable de continuer sans lui", justifie Fabrice de La Patellière.  

Depuis 2016, Baron noir suit la carrière politique de Philippe Rickwaert, député-maire de Dunkerque promis à la direction du Parti socialiste. Avec trois saisons de huit épisodes, cette fiction trace un portrait acerbe de la vie politique française, où les idéaux se heurtent à un quotidien fait de négociations, magouilles, trahisons, jusqu'à verser dans l'illégalité. 

"À force de trop anticiper, on aurait pu se planter"

Pour le cocréateur de la série, la troisième saison qui racontait une élection marquée par l'entrée en scène d'un candidat populiste et antisystème "mettait un pied dans la dystopie, l’anticipation, en reflet de la politique actuelle." "Aller plus loin, c’était risquer de tomber dans la science-fiction. A force de trop anticiper, on aurait pu complètement se planter", estime-t-il. 

"C’est difficile d’écrire une série politique en ce moment", ajoute Eric Benzekri. "Le corollaire du Covid, c’est l’incertitude. L’impossibilité de prévoir. Baron noir a réussi à anticiper la vie politique, mais nous ne sommes pas des devins…" Le scénariste a néanmoins annoncé travailler sur un nouveau projet avec Raphaël Chevènement, scénariste sur la saison 3, une série avec de la politique mais aussi "plus de société".