Arsène Lupin, "La Peste", "Paris est une fête"... Quand l'actualité dope la vente de livres

Une série à succès, une épidémie ou encore des attentats... Parfois, l'actualité, même dramatique, remet au goût du jour de grands classiques de la littérature.

Article rédigé par
Édité par Noémie Bonnin - Matteu Maestracci
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Certains grands classiques littéraires connaissent de nouveaux succès au gré de l'actualité. (RADIO FRANCE)

Le phénomène est évident avec la diffusion de Lupin, depuis mi-décembre sur Netflix : la nouvelle adaptation en série de l'œuvre de Maurice Leblanc – avec la star Omar Sy, qui connaît un grand succès y compris à l'étranger – fait bondir les ventes des livres mettant en scène Arsène Lupin, écrits au début du XXe siècle. Une fois encore donc, l'actualité tire les ventes de livres vers le haut, et notamment de grands classiques français.

"En quinze jours de diffusion sur Netflix, on avait vendu l'équivalent de tout ce qu'on demandait en un an d'Arsène Lupin", se réjouit, encore surprise, Béatrice Duval, la directrice générale des éditions du Livre de Poche. Le succès de la série Lupin fait ses affaires, beaucoup plus qu'elle ne l'aurait imaginé. "Je pensais bien que ça cartonnerait, oui, mais à ce point, non. Je pensais que ce serait un succès en France, oui, parce que ce sont des livres qui font partie de l'imaginaire français, mais que cela ait un tel succès à l'international, je dois dire honnêtement que l'on ne l'imaginait pas."

Épidémie, attentats, incendie...

Ces dernières années, l'actualité a remis en lumière des ouvrages et relancé leurs ventes : La Peste, de Camus, avec le Covid-19, Paris est une fête, d'Hemingway, après les attentats de novembre 2015. Ou encore Notre-Dame de Paris, après l'incendie de la cathédrale, en avril 2019, dont les ventes ont été multipliées par dix.

Mais il n'y a pas que les éditeurs qui profitent de ces retours d'engouement. Les libraires aussi, comme Anne Martelle, libraire à Amiens et présidente du syndicat de la librairie française. Elle confirme que la vidéo et l'écrit peuvent se compléter : "On l'avait déjà vu avec Harry Potter, qui a amené pas mal de gens à s'accrocher aux livres, alors que c'était des livres très épais. On l'a vu aussi avec les échecs, avec la série 'Le jeu de la dame'. Il y a une vraie complémentarité."

"Pourquoi les classiques demeurent et pourquoi on pioche toujours dedans ? Ils expriment des vérités, un point de vue, non pas indépassables, mais justes."

Blanche Cerquiglini, directrice éditoriale de Folio Classique

à franceinfo

Si ces œuvres ont plusieurs vies et traversent les décennies ou les siècles,
c'est avant tout parce qu'il s'agit de grands livres, ce qui les rend intemporels, voire éternels, analyse Blanche Cerquiglini, directrice éditoriale des éditions Folio Classique. "Par exemple : une femme mal mariée, naïve, déçue de la vie, dans les années 1840, à Yonville, en Normandie, c'est 'Madame Bovary', mais c'est le destin d'un nombre infini de femmes, naïves parce qu'elles n'ont rien connu des hommes avant le mariage. Là, c'est exprimé par Flaubert, mais ça peut être ensuite adapté dans tous les contextes, explique la professionnelle. Je crois que c'est ça, vraiment les classiques : un point de vue sur le monde qui est ensuite transposable."

Le phénomène ne concerne pas que des grands classiques du passé : la bande dessinée futuriste française, et plus récente, Le Transperceneige connaît aussi une explosion de ses ventes grâce à son adaptation en série, également sur Netflix.

Quand l'actualité dope la vente de grands classiques littéraires
écouter

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.