Anthony Delon dans la peau d'un curé exorciste pour la série "Meurtres au Mont-Saint-Michel"

Pour cette nouvelle enquête de la collection de France 3, le comédien endosse la soutane d'un prêtre aussi mystérieux qu'inquiétant. 

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Anthony Delon et Juliet Lemonnier en tournage pour "Meurtre au Mont-Saint-Michel" (France 3 Normandie)

Durant quelques semaines, la Normandie sert de décor à la fiction policière de France 3, Meurtres à. Un feuilleton diffusé sur la chaîne publique depuis 2013 qui s'appuie sur les légendes et le patrimoine local. Meurtre au Mont-Saint-Michel, réalisé par Marie-Hélène Copti, réunit Anthony Delon et Juliet Lemonnier. 

Ce jour-là, toute baignée de bruine et de brouillard, la majestueuse abbaye s'est transformée en plateau de tournage. 

Tournage film Mont Saint Michel

Exorcisme, vengeance et révélations familiales

Pour cette 79e enquête policière de la collection, Anthony Delon incarne un curé exorciste de l’Abbaye du Mont-Saint-Michel. Un jour, il reçoit la visite d'un conducteur de travaux qui a le sentiment d’être possédé par le diable depuis qu’il a découvert le squelette d’un chevalier du XIIIe siècle, enfoui sur son chantier. Hanté par l’idée d’avoir libéré les forces du mal, il demande au prêtre de pratiquer un exorcisme afin d’apaiser ses angoisses. "C'est un prêtre qui a voyagé à travers le monde et qui revient chez lui et qui va être mêlé à une enquête policière", dévoile à demi-mots Anthony Delon, qui ne souhaite pas révéler plus d'indices. Et pour cause ! S'il est directement impliqué dans cette enquête, c'est précisément parce que le cadavre de l'homme qui lui a rendu visite est retrouvé quelques instants plus tard dans d'étranges circonstances. Son crâne est transpercé de part en part, comme celui du Prélat Aubert, créateur du Mont St Michel, en l’an 709.

La Capitaine Sophie Maliquot, interprétée par Juliet Lemonnier, hérite de cette mystérieuse affaire, où se mêle exorcisme, vengeance et révélations familiales. 

Inspiré par "Le Nom de la Rose"

Pour réaliser cet unitaire de 90 minutes, la production a fait appel à la réalisatrice Marie-Hélène Copti (La fille dans les bois, Une belle histoire) qui s'est laissée charmer par le décor et l'ambiance du Mont-Saint-Michel. Tantôt entourée par l'eau, tantôt encadrée par des bancs de sable, l’abbaye bénédictine du XIIIe siècle est à elle seule porteuse de mystères. Un lieu inspirant pour la réalisatrice qui a puisé quelques références dans une autre enquête policière médiévale. "J'ai revu pour le plaisir Le Nom de la rose et j'ai envie de jouer avec ce poids et ce regard de l'abbaye", assure-t-elle. Dans Le Nom de la rose, livre d'Umberto Eco et film de Jean-Jacques Annaud, il est également question du diable. Serait-ce un indice ? Réponse lors de la diffusion du téléfilm sur France 3.

Les épisodes de "Meurtres à" sont à retrouver en replay sur France.tv

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Séries

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.