Profession acteur : un long chemin

Avant d'arriver en haut de l'affiche, le chemin de comédien est souvent rude. 

Voir la vidéo
FRANCE 2

Pour monter sur scène, Thomas Larbey est prêt à tout faire. Accessoiriste, costumier, décorateur. Tout, même à y être de sa poche. "En gros, pour ce spectacle, on a dû mettre chacun pour le moment environ 300/400 euros." "On gagnera bien de l'argent un jour", philosophe sa partenaire. Deux représentations par semaine dans un petit théâtre. Pour l'instant, Thomas et ses camarades ne gagnent pas un sou sur les planches. Thomas Larbey n'arrive pas à vivre de sa passion. Le jour, voici son autre visage : serveur dans une saladerie. "J'aimerais bien pouvoir jouer toute la journée, mais ce n'est pas encore le cas", ironise-t-il. Deux ans après sa sortie d'une école de théâtre, impossible de se passer de ce job, payé au SMIC. 

"Nous, le travail, on le cherche tous les jours"

Comédien sur les planches, mais aussi acteur sur les plateaux de cinéma, il court le cachet, en parcourant quotidiennement les petites annonces de castings. En France, 175 sites se partagent sur internet ce marché. On y trouve souvent des cachets d'une seule journée. "Nous, le travail, on le cherche tous les jours pour obtenir un nouveau travail. Une fois qu'on a eu un travail d'une journée, c'est bien, mais le lendemain, il faut recommencer. Sur une centaine de mails envoyés, on va dire qu'il y a peut-être entre 5 et 10 où on peut avoir une réponse". Et si on a la chance d'être retenu, voici les salaires à la journée : pour un rôle d'interprète, 400 euros minimums. Pour un figurant, 105 euros. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Profession acteur 
Profession acteur  (FRANCE 2)