Philosophie : l'herbe est-elle vraiment toujours plus verte ailleurs ?

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min.
6media-V2-philo-ailleurs-guyard
Article rédigé par
Marie Guyard, Hervé Pozzo, Pascal Crapoulet, Roma Carles - franceinfo
France Télévisions

Maxime Rovere décrypte cet adage qui dit que "l'herbe est toujours plus verte ailleurs". Est-ce que l'on est condamné à toujours envier un autre horizon que la réalité dans laquelle l'on est ? La joie est-elle forcément dans l'acceptation de sa situation ? Le philosophe répond. 

Un vieux proverbe dit que "l'herbe est toujours plus verte ailleurs". "C'est toujours à côté qu'on projette son propre idéal, qui n'est pas conforme à la réalité de ce qu'on vit", décrypte Maxime Rovere, philosophe. La question est alors d'accepter l'herbe dans laquelle on se trouve, soit "positiver ce qui existe", au risque de renoncer à son idéal et à ses ambitions, ou bien continuer la recherche vers cet ailleurs. Mais, "des ailleurs, il y en a partout, là où notre attention se porte", rappelle Maxime Rovere. 

Apprendre à lutter sans colère

Mais, tenir absolument à rendre cette herbe plus verte, c'est aussi "faire violence à la réalité", lorsqu'il s'agit de choses qu'il est impossible de changer soi-même, ou bien de manière très lente. "Il y a tout un équilibre entre la force du désir, qui est difficile à assumer mais qui est indispensable pour se sentir vivant, et l'acceptation de la frustration, qui est douloureuse par définition, mais à laquelle on ne peut pas échapper", analyse le philosophe, qui remarque que dans une société du mouvement, on a plus tendance "à dévaloriser ceux qui se sentent bien dans l'immobilité"

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Culture

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.