Nabilla bénéficie-t-elle de conditions de détention VIP ?

La star de la téléréalité est incarcérée à la maison d'arrêt de Versailles, après sa mise en examen pour "tentative d'homicide volontaire".

Nabilla Benattia, le 10 juillet 2013 à Paris.
Nabilla Benattia, le 10 juillet 2013 à Paris. (MAXPPP)

Nabilla vit désormais à l'ombre, loin de la lumière. La star de téléréalité a été mise en examen et placée en détention provisoire, dimanche 9 novembre, pour "tentative d'homicide volontaire" sur son compagnon, Thomas Vergara. Elle est détenue au quartier pour femmes de la maison d'arrêt de Versailles (Yvelines) dans des conditions adaptées à son profil médiatique, mais sans pour autant bénéficier d'un quartier VIP. Francetv info se penche sur les conditions de détention de la célébrité.

Pas de quartier VIP pour Nabilla

Il n'existe qu'un seul "quartier VIP" en France. Il est situé au sein de la prison de la Santé, dans le 14e arrondissement de Paris. "Le quartier VIP c'est un peu officieux, il s'agit d'une aile détachée de la prison pour réunir les détenus dits médiatiques", explique à francetv info un représentant du syndicat de la CGT pénitentiaire. Les cellules sont un peu plus grandes et un peu plus confortables, comme l'avait relevé Le JDD lors d'une visite du lieu. Malheureusement pour Nabilla, cette section est uniquement réservée aux prisonniers de sexe masculin.

Pour ces dames, il reste la possibilité d'adapter les conditions de détention au sein d'une prison pour femmes, soit dans un quartier d'isolement, soit avec un encellulement individuel. Pour Nabilla, c'est cette deuxième solution qui a été retenue puisque la maison d'arrêt de Versailles ne comporte pas de quartier d'isolement, comme l'explique 20 Minutes

Un isolement nécessaire

La starlette ne partage donc pas sa cellule. L'administration pénitentiaire cherche à limiter au maximum les contacts entre les détenus médiatiques et le reste de la population carcérale. "Il y a une notion de vulnérabilité par rapport à son statut et à ses revenus confortables, il s'agit donc d'éviter toute tentative de racket ou de pressions des autres détenues", détaille le représentant syndical. Le personnel de la prison souhaite également éviter que la célébrité joue de son influence sur les autres détenues, ce qui pourrait entraîner des troubles.

En conséquence, Nabilla ne croise pas ses co-détenues. Les surveillants adaptent pour cela la vie du quartier pour femmes. Par exemple, si la star a besoin de voir un médecin, les surveillants s'arrangeront pour la faire passer sans qu'elle patiente avec les autres détenues. De la même manière, si elle souhaite se rendre en promenade, ces dernières devront retourner en cellule. "On appelle ça 'bloquer un étage'", confie une source syndicale à 20 Minutes.

Une adaptation parfois difficile pour l'administration pénitentiaire et pour Nabilla elle-même qui se retrouve isolée du reste de la détention. "C'est compliqué d'organiser des activités sportives ou culturelles juste pour elle", indique la CGT pénitentiaire à francetv info, "mais elle peut parler aux autres détenues depuis sa fenêtre, et en fonction de la décision du chef d'établissement elle peut aussi bénéficier d'activités comme du soutien scolaire directement dans sa cellule"

Une douche, un repas chaud et du shampoing

En arrivant dans une maison d'arrêt, un prévenu a le droit à une douche, un repas chaud et un paquetage comportant des draps et des affaires de toilette. Entre autres choses, Nabilla a donc reçu à l'entrée de la prison un tube de dentifrice, une paire de tongs et du shampoing, comme le relève avec malice l'avocat maître Eolas sur Twitter.

Pour le reste de la détention, les conditions de vie en maison d'arrêt (établissement réservé aux prévenus en attente de jugement et aux courtes peines) sont plus dures qu'en centre de détention (prison adaptée aux longues peines). Nabilla a le droit à une heure de promenade par jour, à trois visites par semaine et à trois douches par semaine. "C'est le cadre légal, mais ensuite toute sa détention est régie par le magistrat en charge de son dossier qui peut modifier les conditions de son incarcération", précise la CGT. 

"Le directeur de la prison peut aussi faire un geste pour décider par exemple de lui accorder une douche par jour, car la maison d'arrêt de Versailles est un vieil établissement qui ne comporte pas de douche en cellule", explique cette source syndicale. En revanche, le quartier pour femmes de l'établissement, qui dispose de 79 places, souffre rarement de surpopulation carcérale 

La possibilité d'une remise en liberté

Nabilla n'est pas encore passée au tribunal, mais le juge d'instruction a décidé de saisir le juge des libertés et de la détention pour la placer en détention provisoire le temps de l'instruction. Il s'agit d'éviter toute concertation entre la star de la téléréalité et son compagnon. Selon l'avocat Maître Eolas, le placement en détention ne s'imposait pas dans ce dossier. Le magistrat aurait tout aussi bien pu choisir de placer Nabilla sous contrôle judiciaire.

En fonction des avancées de l'enquête, "le juge d'instruction peut cependant remettre [Nabilla] en liberté à tout moment", ajoute sur Twitter Maître Eolas. C'est justement l'objectif des avocats de la jeune femme. Nabilla va faire appel de son placement en détention provisoire, "déterminée à se battre" et à "traverser cette épreuve debout", ont annoncé ses conseillers mercredi. La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Versailles a quinze jours pour examiner cette demande.