"Ces jeunes veulent faire du buzz" : l'homme au cœur du "JeremstarGate" réfute les accusations de viol

Au cœur du "JeremstarGate", Pascal Cardonna, proche du chroniqueur, s'exprime à nouveau sur les accusations de viol dont il fait l'objet.

Le chroniqueur Jeremstar, le 5 octobre 2017.
Le chroniqueur Jeremstar, le 5 octobre 2017. (JOEL SAGET / AFP)

"Autant de calomnies, c'est terrifiant". Dans un long entretien à Libération, jeudi 1er février, Pascal Cardonna, l'homme au centre du "JeremstarGate", réfute les accusations de viol dont il est l'objet. "Il ne s’est rien passé entre Annoir et moi : le jour où il m’accuse de ce viol, j’étais dans un hôtel à Argelès et j’en ai la preuve", explique-t-il au quotidien, avant de rejeter également les accusations d'un dénommé Jason.

"Ces jeunes veulent faire du buzz pour accroître leur notoriété. C’est toute la perversité des réseaux sociaux, c’est le tribunal 2.0, poursuit Pascal Cardonna. Si je n’étais pas le meilleur ami de Jeremstar, je ne serais pas victime d’un tel acharnement". Le chroniqueur, Jérémy Gisclon de son vrai nom, s'est désolidarisé il y a quelques jours de son ami.

Une plainte déposée en janvier

Lundi 22 janvier, Annoir avait déposé une plainte pour "viol sur mineur" contre ce cadre de France Bleu. Le jeune plaignant affirme avoir été drogué lors d'une soirée organisée dans la villa du quinquagénaire, puis de s'être réveillé le lendemain dans le lit de Pascal Cardonna, alors qu'il avait tenté de l'éconduire à plusieurs reprises au cours de la soirée.

Dans son entretien à Libération, Pascal Cardonna s'explique sur ces soirées. "Ces jeunes viennent chez moi parce que je suis connu, parce qu’ils voient les 'snaps' de Jerem… Ils se font chier tout seuls, avec leur téléphone portable, alors ça les fait rêver…", explique-t-il, avant d'assurer que tous les participants sont "majeurs".

Le cadre de France Bleu explique que sa vie sociale et professionnelle sont "détruites" depuis le début du scandale. "C’est une horreur, ce qu’il m’arrive. Des gens ont dit à mes nièces : 'Alors, ton oncle est pédophile ?'", témoigne-t-il.