Selon l'Unesco, le changement climatique est la "principale menace" pour le patrimoine de l'humanité

Les conséquences du changement climatique et du recul de la biodiversité constituent "la principale menace" du patrimoine mondial de l'Unesco, a alerté jeudi Audrey Azoulay, directrice générale de l'agence de l'ONU, sur le site antique grec de Delphes.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Le site antique grec de Delphes accueille la conférence célébrant les 50 ans de la Convention sur la protection du patrimoine mondial de l'humanité. (ANGELOS TZORTZINIS / AFP)

A l'occasion du 50e anniversaire de la Convention de 1972 sur la protection du patrimoine mondial de l'humanité, Audrey Azoulay a également appelé chacun des 194 États membres à "développer des solutions à la hauteur des enjeux" actuels.

"Protéger ce patrimoine de nous-mêmes, c'est (...) faire face aux conséquences du dérèglement climatique et de la perte de la biodiversité. C'est la principale menace (...) que nous mesurons de façon tangible", a-t-elle insisté sur ce site archéologique, sanctuaire panhellénique où parlait l'oracle d'Apollon.

Une immense oliveraie située à 15 km seulement de Delphes s'était retrouvée menacée par les flammes durant l'été alors que les immenses feux de forêt vont crescendo sur le pourtour méditerranéen en été, provoqués par des vagues de canicule.

Autre exemple: au Pakistan, Mohenjo Daro, l'une de premières villes de l'Histoire, frappée par de terribles inondations cet été, incarne les menaces du changement climatique sur le patrimoine mondial. Apparue environ 3.000 ans avant-JC, la métropole a vraisemblablement dû son salut au génie de ses concepteurs.

"Victime du climat"

Ce très vaste site de briques aux rues géométriques était doté d'antiques canalisations et d'un tout-à-l'égout encore fonctionnels, qui ont permis d'évacuer en partie le déluge s'étant abattu sur le Pakistan. Alors que des moussons exceptionnelles entre juin et septembre, ponctuées de précipitations sept à huit fois supérieures à la normale en août, transformaient le sud du pays en un gigantesque lac, des "ruissellements extrêmement importants" étaient recensés à Mohenjo Daro, explique Thierry Joffroy, spécialiste de l'architecture en terre.

Le site pakistanais est "une victime" du climat ayant eu "beaucoup de chance", souligne Lazare Eloundou Assamo, directeur du Patrimoine mondial de l'Unesco. Sur les 1154 sites du patrimoine mondial de l'humanité, dont 897 sont des biens culturels, 218 sont des zones naturelles et 39 un mélange des deux, nombreux sont menacés par le changement climatique, affirment tous les experts interrogés.

Rohit Jigyasu, du Centre international d'études pour la conservation et la restauration des biens culturels (ICCROM), pointe des "inondations, ouragans, cyclones et typhons" mais aussi les incendies "beaucoup plus fréquents" qui ont un "énorme impact" sur ces trésors.

Méga-feux, montée des eaux, guerres...

A Delphes, Audrey Azoulay a souligné qu'"un site sur 5, et plus d'un tiers des sites naturels voit cette menace déjà comme une réalité aujourd'hui", évoquant les études de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), l'un des partenaires de l'Unesco.

"La situation est encore plus dramatique en Méditerranée", a-t-elle affirmé en se référant à une étude publiée dans la revue scientifique Nature affirmant que "la quasi-totalité des sites côtiers de la Méditerranée seraient menacés d'ici la fin du siècle par la montée des eaux et l'érosion, de Rhodes (en Grèce) à Kerkouane (en Tunisie), à Ravenne (en Italie), ou encore à Tyr (au Liban)".

L'île cycladique inhabitée de Delos en mer Egée, l'un de plus importants sites antiques grecs, "est affectée par la crise climatique et la montée des eaux", a quant à lui déploré le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis à Delphes. Au Pérou, des glissements de terrain se sont produits cette année au pied du Machu Picchu. Ailleurs, des guerres pour l'eau sont déjà envisagées, dont le patrimoine ne devrait vraisemblablement pas ressortir vainqueur.

L'Unesco s'inquiète également des dangers du "surtourisme" et veut inciter les pays membres à prendre des mesures "pour mieux gérer le flux des visiteurs ou limiter leur impact environnemental" quand "la pression touristique est trop forte", selon Audrey Azoulay. La Grèce est un exemple typique avec une fréquentation touristique en forte hausse cette année. Le site mondialement connu de l'Acropole d'Athènes a ainsi vu le nombre de ses visiteurs s'envoler de 297% de janvier à fin juillet sur un an. L'ensemble des sites archéologiques grecs a vu sa fréquentation grimper de 231% sur cette période.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Patrimoine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.