Sauvé de la destruction, l’ancien cinéma "France 2" à Vierzon abrite une impressionnante collection de projecteurs

Presque centenaire, le cinéma le France 2 a été sauvé par un collectionneur, ancien projectionniste. Un véritable petit musée privé du cinéma.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Sauvé de la destruction, l’ancien cinéma le France 2 à Vierzon abrite une impressionnante collection de projecteurs (CAPTURE D'ÉCRAN FRANCE 3)

Des milliers de bobines, d’affiches, et plus de 300 vieux projecteurs. Selon les spécialistes, Jack Pascaux détient l’une des collections dédiées au cinéma les plus impressionnantes de France. Et son écrin c’est le France 2. Un cinéma de 1926 que cet ancien projectionniste a racheté en 2002 pour le sauver d’une destruction certaine. Un lieu unique resté dans son jus et habituellement fermé au public qu’il a accepté de nous faire visiter.

Des projecteurs centenaires

Ils occupent tous les recoins. Des projecteurs par dizaines, des petits, des grands, de tous les formats, balayant un siècle d’histoire du cinéma. Des pièces exceptionnelles pratiquement toutes en état de marche. Des projecteurs que Jack Pascaux, qui travaillait dans un cinéma de Bourges, a commencé à récupérer au fur et à mesure des fermetures de ces petites salles de quartier concurrencées par l’arrivée des multiplexes.

C’est ce qu’il s’est passé pour le France 2. Une salle ouverte en 1926 et qui s’appelait alors Le Carillon. Le petit cinéma a fermé ses portes en 1996 après plusieurs années dédiées aux films pornographiques et d’arts martiaux.

Il aurait sûrement fini "en garage ou en building supermarché" comme dans la chanson d’Eddy Mitchell, sans l’intervention de Jack Pascaux qui a décidé de le racheter en 2002 pour sauver ce petit bout de patrimoine de la ville, témoin de l’histoire du cinéma, et l’endroit idéal pour accueillir son impressionnante collection.

Le "France 2" à Vierzon (CAPTURE D'ÉCRAN FRANCE 3)

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.