Patrimoine : l'écrivain gallois Ken Follett offre 148 000 euros pour restaurer la cathédrale de Dol-de-Bretagne

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Patrimoine : l'écrivain gallois Ken Follett offre 148 000 euros pour restaurer la cathédrale de Dol-de-Bretagne
France 3
Article rédigé par
J.Boudier, T.Paga, G.Sabin, France 3 Bretagne, E.Jarlot - France 3
France Télévisions

La cathédrale de Dol-de-Bretagne vient de recevoir un don de 148 000 euros de la part de Ken Follett, un écrivain gallois. Il a cédé la totalité des droits d’auteur de son livre sur Notre-Dame de Paris pour restaurer le joyau de l’architecture gothique.  

Depuis deux ans, la cathédrale de Dol-de-Bretagne (Ille-et-Vilaine) est couverte par les échafaudages. Huit siècles d’histoire ont laissé leur trace sur le granit. Coût du chantier : plus de deux millions d’euros. Miracle, un généreux donateur s’est signalé lundi 8 mars : le Gallois Ken Follett, l’un des auteurs les plus lus au monde. Passionné par les cathédrales, il leur a consacré plusieurs livres, dont son dernier ouvrage, Notre-Dame. Les 113 000 exemplaires vendus ont permis de financer le don. "J’ai choisi Dol-de-Bretagne parce que c’est une cathédrale, c’est spécial, et franchement, [la] Bretagne, ce n’est pas très loin de chez moi", explique ce dernier.   

Gagner du temps sur les travaux 

Les habitants savourent encore la nouvelle. "C’est un don très généreux pour permettre justement à ce patrimoine que nous avons en France de rester debout", commente l’une d’elle. La cathédrale est avant tout connue pour ses vitraux datant du XVIe siècle, les plus anciens de Bretagne. L’argent permettra d’accélérer le calendrier de la restauration. "Compte tenu des difficultés financières, on était parti pour le faire en six ans, et grâce au geste de Ken Follett (…), ça va permettre de gagner une année", commente le maire de la commune, Denis Rapinel. Fin des travaux estimée à 2024. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Patrimoine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.