Cet article date de plus de neuf ans.

Paris : la tour Saint-Jacques ouverte au public cet été

Des visites sont organisées tous les week-ends de l’été à la tour Saint-Jacques, monument parisien habituellement fermé au public. Ce clocher-tour de style gothique flamboyant, construit au début du XVIe siècle, n'avait été accessible que lors des Journées du patrimoine.
Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le sommet de la tour Saint-Jacques à Paris (juin 2013)
 (Jérôme Mars / JDD / SIPA)
La tour Saint-Jacques, située au centre de Paris, était à l’origine le clocher de l’église Saint-Jacques-de-la-Boucherie, vendue comme bien national et démolie lors de la Révolution française. Elle en est le seul vestige. La Ville de Paris a racheté en 1839 ce qui est devenu la tour Saint-Jacques.
 
Depuis cinq siècles, elle est un point de départ du pèlerinage de Saint-Jacques de Compostelle. Elle a abrité, au début du XIXe siècle, une fonderie de plombs de chasse, avant d’être restaurée à plusieurs reprises. Elle a aussi hébergé une station météo pendant un siècle.

Reportage France 3 Ile-de-France  
300 marches pour admirer Paris
Abîmé par les ans, le monument de 62 m de haut, avec la statue de Saint Jacques qui la surmonte, a été en travaux entre 2006 et 2009, ainsi que le square qui le jouxte. Il s'agit d'un des premiers jardins publics parisiens, créé dès 1856 par Jean-Charles Alphand dans le cadre des travaux commandés par le baron Haussmann.
 
Le public peut gravir, les vendredis, samedis et dimanches jusqu’au 15 septembre 2013, les 300 marches de la tour Saint-Jacques, pour profiter d’une belle vue sur Paris et d’une présentation historique du lieu. Les visites, d’une durée d’une heure, sont organisées par une association. Les groupes sont limités à 17 personnes maximum, en raison de l'exiguïté de l'escalier.

Renseignements sur le site de la Ville de Paris
 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Patrimoine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.