Machu Picchu : touristes et commerçants manifestent contre la suspension des entrées à la citadelle inca

Des locaux qui bloquent la voie ferrée, des touristes qui s'insurgent... Aux alentours du monument péruvien du Machu Picchu, des protestations se sont élevées ce 12 août suite à la suspension des ventes de billets d'entrées au site, déjà soumises à des quotas. 

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 1 min.
L'ancienne cité inca du Machu Picchu au Pérou, en 2013.  (TRAUMLICHTFABRIK / MOMENT RF)

Une suspension ce 12 août de la vente de billets pour accéder à la citadelle inca du Machu Picchu, dans le sud-est du Pérou, a suscité la colère de commerçants et déclenché des protestations de touristes, selon un journaliste de l'AFP sur place. Les manifestations ont eu lieu aux abords de la citadelle ainsi que dans le village de Machu Picchu, également connu sous son ancien nom d'Aguas Calientes.

"J'ai payé mes billets (de train) avec Inca Rail pour une journée avec un guide touristique, nous avons même payé un supplément pour le bus qui nous emmène jusqu'au Machu Picchu, où se trouvent les ruines, et ils n'ont pas voulu nous laisser passer parce que nous n'avions pas de billet d'entrée", a déclaré à l'AFP Israel Gonzales Rizoo, en visite du Mexique. "C'est une arnaque", a lancé ce touriste en colère, qui dit avoir payé 65 dollars pour le train depuis Ollantaytambo, à quelque 148 kilomètres de là.

Deux manifestations en deux semaines

Les commerçants de la ville ont également exprimé leur mécontentement. Des dizaines d'entre eux ont bloqué la voie ferrée pour empêcher la circulation des trains, exigeant de la part du ministère de la Culture la reprise de la vente de billets pour le Machu Picchu afin de relancer l'économie locale. Aucune explication n'a été donnée par les autorités à propos de la suspension décidée le 12 août, mais les billets d'entrée font l'objet de quotas. Face aux manifestations, le ministère de la Culture a indiqué qu'il avait décidé de finalement reprendre la vente des billets, en respectant la limite fixée pour protéger le patrimoine archéologique.

Il s'agit de la deuxième manifestation en un peu plus de deux semaines contre le manque de billets pour visiter ce site touristique. Avant les premières manifestations, environ 4 000 personnes pouvaient entrer quotidiennement dans la citadelle. Le ministère avait accepté fin juillet d'augmenter cette capacité à 5 000 personnes par jour. Cette ancienne cité est située à 110 kilomètres de Cusco, l'ancienne capitale de l'empire inca, et a été construite au XVe siècle par l'empereur Pachacutec. Le Machu Picchu est inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco depuis 1983.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Patrimoine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.