Loto du patrimoine : Stéphane Bern accuse Bercy de le "saborder"

L'animateur Stéphane Bern, chargé de la mission Patrimoine en péril, a dénoncé un coup de rabot de Bercy annulant quelque 25 millions d'euros de crédits pour le patrimoine.

Stéphane Bern aux Invalides, à Paris, le 19 octobre 2019
Stéphane Bern aux Invalides, à Paris, le 19 octobre 2019 (FRANCOIS GUILLOT / AFP)

"On me saborde !" : Stéphane Bern, chargé de la mission Patrimoine en péril, a critiqué avec virulence, lundi soir 18 novembre, un coup de rabot de Bercy qui annule 25 millions d'euros de crédits pour le patrimoine après le succès du Loto du Patrimoine. "On m'envoie au combat et on me tire une balle dans le dos !", a fustigé l'animateur sur le site internet de Public Sénat.

Le gouvernement a décidé d'annuler ces 25 millions de crédits dans le projet de loi de finances rectificative 2019, examiné ce 18 nvembre par le Sénat, alors que le Loto du Patrimoine a réuni quelque 22 millions d'euros. "J'ai informé le chef de l'État. Il n'était pas au courant. Le président m'a dit qu'il allait s'en occuper", a assuré Stéphane Bern.

Contre l'avis de Bercy, les sénateurs ont rétabli les 25 millions d'euros de crédits pour le patrimoine, mais ce rétablissement nécessite d'être encore adopté par l'Assemblée où le gouvernement dispose de la majorité. Or ce dernier était défavorable au rétablissement voté par le Sénat.

Le gouvernement justifie sa décision

Le secrétaire d'État aux Comptes publics Olivier Dussopt a affirmé que "le parallélisme entre le montant des crédits" que le gouvernement propose d'annuler et les sommes rapportées par le loto du patrimoine "n'est que le fruit du hasard". Pour lui, les annulations "sont des mouvements classiques de fin de gestion".

"Il ne faut pas me prendre comme ça à rebrousse-poil. Je défends le patrimoine. C'est l'une des rares industries qui marche, qui n'est pas délocalisable et nourrit, directement et indirectement, 500.000 personnes en France", fait valoir Stéphane Bern.

L'an dernier, la taxation de ce loto avait été maintenue par Bercy, mais compensée à la demande de Stéphane Bern. "Je compte bien obtenir le même arbitrage cette année. Je ferai en sorte que soit la compensation des taxes soit pérennisée, soit je demande définitivement l'abrogation de ces taxes sur le loto du patrimoine."

À la veille des Journées du patrimoine, fin septembre, Emmanuel Macron avait salué le succès de la mission menée par Stéphane Bern, qui fait "un énorme travail" pour protéger les bâtiments historiques en péril.