Loto du patrimoine : Notre-Dame de Brebières d’Albert surnommée la “Lourdes du Nord”, se refait une beauté intérieure

48 000 euros ont été alloués pour financer une partie des travaux de rénovation de l’intérieur de ce joyau du patrimoine religieux picard à la notoriété mondiale 

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Intérieur de la basilique d'Albert, Somme (France 3 - Matthieu Maillet)

Joyaux du patrimoine picard avec son style néo-byzantin et mauresque qui tranche dans la région, la basilique Notre-Dame de Brebières a pris l’eau pendant plus de vingt ans. Des infiltrations qui au fil du temps ont endommagé l’ensemble de l’édifice, à l’extérieur mais aussi à l’intérieur, doté de magnifiques décors peints, mosaïques et toiles marouflées, dont certaines malheureusement n’ont pas pu être sauvées. Alors, il y avait urgence à sauver ces trésors et les travaux de restauration ont repris. Un chantier de 180 000 euros financé en partie donc par cette aide bienvenue. 

“Lourdes du Nord” 

Surnommée la “Lourdes du Nord” par le Pape Léon XIII, la basilique Notre-Dame de Brebières a été dessinée par l'architecte Edmond Duthoit et construite entre 1884 et 1897, dans ce style néo-byzantin inspiré de ses nombreux voyages au Proche et Moyen Orient. Entièrement détruite pendant la Première guerre, elle fut reconstruite à l’identique par son fils, Louis Duthoit entre 1927 et 1931. Elle est classée Monument Historique en 2004.   

La Vierge dorée surmontant la basilique, œuvre de l’amiénois Albert Roze, resta suspendue à l’horizontal après les bombardements de janvier 1915. Une image qui, grâce aux soldats alliés, allait faire le tour du monde et devenir un symbole d’espoir et de résistance. Une légende naît alors, elle dit : "lorsque la Vierge tombera, la guerre finira". La Vierge dorée tombera après d’ultimes bombardements en avril 1918, quelques mois avant la fin de la guerre. 

La Vierge dorée suspendue dans le vide après les bombardements de 1915. (BERLINER VERLAG/ARCHIV / DPA-ZENTRALBILD)

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.