Les jardins à la française de Chambord renaissent grâce à un mécène américain et aux archives

Depuis le 20 mars dernier, le château de Chambord a retrouvé son jardin à la française. Détruit sous la Révolution, de gigantesques travaux et quinze années de recherches historique ont permis de recréer le jardin du XVIIIe siècle, période à laquelle il était le plus beau.

Le jardin à la française du château de Chambord a pu renaître grâce à un riche mécène américain 
Le jardin à la française du château de Chambord a pu renaître grâce à un riche mécène américain  (Château de Chambord Officiel)
Le château de Chambord (Loir-et-Cher) fut construit à la gloire de François 1er. Un château de la Renaissance privé de jardins pendant 40 ans et qui retrouve une seconde vie. Car aujourd'hui, en lieu et la place de la grande prairie de pelouse, le jardin renaît tel qu'il était au XVIIIe siècle. Un chantier éclair débuté au mois d’août 2016 et achevé cinq mois plus tard qui offre un nouveau paysage au château. 

Reportage : Reportage : M. Buisson / M. Hauville / D. Fuet / O. Bernholc

Des agrumes à Chambord grâce à Catherine de Médicis ! 

À l'automne dernier, le jardin royal ressemblait à un chantier. 12 000 mètres cubes de terre déplacées, 600 arbres plantés, 800 arbustes, 200 rosiers, 15 250 plantes, c'est le chantier du siècle pour reconstituer le parc tel qu'il était avant la Révolution. Aujourd'hui, le jardin à la française apparaît enfin dans toute sa splendeur.
(Château de Chambord Officiel)

Mais pour Pascal Thévard, directeur des bâtiments et des jardins du domaine, la touche finale est posée par l'arrivée des agrumes en provenance directe d'Italie. Dans son souci du détail, pas question d'oublier les citronniers. "C'est Catherine de Médicis la première qui a fait planter des citronniers de son Italie d'origine au palais du Luxembourg.", souligne l'ingénieur. 
(France 3 / Culturebox)


Une restitution à l’identique grâce aux archives

La reconstitution des jardins de Chambord a été possible grâce aux documents d'époque. Peintures, textes, ou encore documents administratifs ont permis une reproduction à l'identique. "L'idée était de rechercher toutes les sources, tous les témoignages archivistiques, iconographiques, archéologiques permettant de savoir quel était l'état du jardin", précie Luc Forlivesi, conservateur du patrimoine.
Gravue du château de Chambord 
Gravue du château de Chambord  (Château de Chambord Officiel)

Un jardin financé par un mécène américain

Même si Chambord est un bien national, il n'en coûte rien à l'État. La facture a été prise en charge par un riche mécène américain. Le coût total des travaux du jardin s'élève à 3,5 millions d'euros. 

Aujourd'hui, les visiteurs de Chambord ne viennent plus seulement pour le château mais aussi pour son jardin majestueux. Au printemps les premières fleurs éclosent et embaument les allées du parc.
 

(Château de Chambord Officiel)