Le sol du Saint-Sépulcre à Jérusalem va être rénové

Les travaux de rénovation de la basilique qui abrite le tombeau supposé du Christ, située à Jérusalem-Est, devraient débuter en septembre prochain.

Des pèlerins dans l\'église du Saint Sépulcre à Jérusalem, le 3 avril 2019.
Des pèlerins dans l'église du Saint Sépulcre à Jérusalem, le 3 avril 2019. (DOMINIKA ZARZYCKA / NURPHOTO)

Les trois principales Eglises chrétiennes gérant le Saint-Sépulcre à Jérusalem se sont mises d'accord pour lancer des travaux de rénovation du sol de la basilique construite au-dessus du tombeau supposé du Christ.

"Nous, chefs des communautés chrétiennes en charge du statu-quo sur le Saint Sépulcre, annonçons avec grande joie notre accord pour lancer un projet de restauration et rénovation des fondations du tombeau sacré et du sol du Saint-Sépulcre", ont annoncé les trois Eglises dans un communiqué commun.

Rénover le sol et lutter contre l'humidité

Ces travaux sont destinés à lutter contre l'humidité du sous-sol de la basilique et rénover le sol, a expliqué le patriarche grec orthodoxe Theophilos III lors d'une conférence de presse commune des chefs des trois principales confessions chrétiennes du Saint-Sépulcre (Grecs-Orthodoxes, Franciscains - représentant l'Eglise catholique -, Arméniens).

Selon la tradition, le Saint-Sépulcre est l'endroit où Jésus a été crucifié et mis au tombeau. Cette basilique, considérée comme le site le plus saint de la chrétienté, est située dans la Vieille ville à Jérusalem-Est, qu'Israël occupe depuis plus de 50 ans et dont l'annexion est considérée comme illégale par la communauté internationale.

Les travaux se dérouleront en deux phases

Lors d'une première partie des travaux terminés en 2017, des spécialistes grecs avaient restauré le tombeau du Christ et reconstruit l'édicule de marbre qui était soutenu depuis des dizaines d'années par une structure métallique à la suite d'un tremblement de terre. La suite des travaux se déroulera en deux parties, la première étant une période d'étude devant débuter en septembre avant de passer de manière concrète à la seconde partie, précise le communiqué des Eglises.

Deux universitaires italiens et une institution scientifique de haut niveau seront responsables de ces travaux, sous la supervision d'un comité composé de représentants des trois communautés chrétiennes. Les Eglises espèrent que le site restera accessible comme ce fut le cas quand la basilique n'a été fermée que 60 heures pendant les 12 mois des travaux de la première phase, a confié le Père David Neuhaus, un responsable chrétien.

Le coût des travaux et leur durée ne seront connus qu'après la période d'étude des experts italiens qui devrait durer un an, a estimé le patriarche grec orthodoxe lors de la conférence de presse.