La restitution au Bénin de ses œuvres d'art se fera avant l'adoption d'une loi

Le ministre de la Culture Franck Riester a annoncé que le gouvernement allait travailler sur le "retour" de 26 œuvres d'art réclamées par le Bénin promis par le président Emmanuel Macron, sans attendre l'adoption d'une loi entérinant cette restitution.

La cérémonie Alto du royaume de Dahomey, une des oeuvres du Bénin exposées au Musée du Quai Branly - Jacques Chirac, dont le pays demande la restitution à la France.
La cérémonie Alto du royaume de Dahomey, une des oeuvres du Bénin exposées au Musée du Quai Branly - Jacques Chirac, dont le pays demande la restitution à la France. (GERARD JULIEN / AFP)

Franck Riester a déclaré jeudi 4 juillet lors d'un grand forum dédié à la question des "patrimoines africains" à Paris que "La restitution des œuvres (béninoises, ndlr) fera l'objet d'une inscription dans la loi. Le calendrier reste encore à préciser compte tenu du nombre important de textes en discussion au Parlement (...) Dans l'intervalle, ces 26 œuvres doivent pouvoir être vues, admirées et étudiées au Bénin", a-t-il souligné

Restituer "sans tarder"

Parmi les scénarios envisagés, le ministre de la Culture a évoqué la possibilité d'une "exposition dédiée à la diversité, la complexité et la richesse esthétique de ces œuvres".

Actuellement propriété du musée du Quai Branly, les 26 œuvres en question étaient des prises de guerre du général français Alfred Dodds dans le palais du roi Béhanzin du Dahomey (actuel Bénin) en 1892. Le Quai Branly et le ministère vont travailler avec les autorités béninoises pour "trouver les voies et moyens d'un retour effectif", a souligné M. Riester.

Porte du palais du roi Glegle du royaume de Dahomey (autour de 1880-89) exposé au Musée du Quai Branly - Jacques Chirac à Paris.
Porte du palais du roi Glegle du royaume de Dahomey (autour de 1880-89) exposé au Musée du Quai Branly - Jacques Chirac à Paris. (GERARD JULIEN / AFP)

Fin novembre, Emmanuel Macron avait décidé de restituer "sans tarder" ces œuvres après la remise d'un rapport (de deux universitaires, du Collège de France et de l'Université de Saint-Louis au Sénégal) sur ce sujet. Il avait également promis une grande réunion associant partenaires africains et européens pour définir le cadre d'une "politique d'échanges" d'œuvres d'art.

90.000 objets d'art d'Afrique sub-sahariennes

"Nous devons repenser notre relation culturelle avec le continent africain", a estimé M. Riester, annonçant que "la France examinera avec la même attention les demandes qui lui seront présentées par d'autres pays africains". Le périmètre des restitutions pourrait englober les biens pillés, volés, butins de guerre, mais aussi ceux, très nombreux, acquis à des prix dérisoires.

Au moins 90.000 objets d'art d'Afrique sub-sahariennes sont dans les collections publiques françaises. Plus des deux tiers - 70.000 - se trouvent au Quai Branly, dont 46.000 "acquises" durant la période 1885-1960. Plus de vingt mille autres se trouvent dispersés dans de nombreux musées.

Alors que le débat sur les patrimoines africains avait suscité des inquiétudes chez les collectionneurs, le ministre a tenté de les rassurer. L'Etat "n'a pas vocation à prendre des mesures restrictives concernant les patrimoines africains détenus en mains privées, ni d'en limiter la circulation ou le commerce".