Pollution au plomb : un deuxième enfant scolarisé près de Notre-Dame dépisté avec un taux anormalement élevé

L'inquiétude grandit concernant la pollution au plomb après l'incendie de Notre-Dame (Paris). Un deuxième enfant a été dépisté avec un taux de plomb supérieur à la normale. De nouvelles opérations de dépollution ont été lancées. Y a-t-il un risque réel pour la santé ?

France 2

Lors de l'incendie de Notre-Dame, un nuage de fumée chargé de particules toxiques s'est élevé au-dessus de la cathédrale. Mardi 6 août, un deuxième enfant scolarisé à proximité de Notre-Dame a présenté un taux de plomb supérieur au seuil de dangerosité. Alors, quel est vraiment le niveau de pollution dans ce quartier de Paris ?

Des taux de plomb élevés jusqu'à 3 kilomètres de Notre-Dame

À cause de l'incendie, une partie des 460 tonnes de plomb de la cathédrale s'est répandue, portée par le vent. C'est plus que tout ce que dégagent les usines françaises chaque année. "En quelques jours, quatre fois le poids de plomb qui est émis à travers la France s'est déposé au cœur de Paris. Il faut en prendre la mesure", affirme Annie Thébaud-Mony, chercheuse à l'Inserm - association Henri Pézerat. Selon l'Agence régionale de santé (ARS), des taux de plomb anormalement élevés ont été mesurés au sol jusqu'à 3 kilomètres de Notre-Dame.

Le JT
Les autres sujets du JT
La cathédrale de Notre-Dame de Paris, le 25 juillet 2019 à Paris.
La cathédrale de Notre-Dame de Paris, le 25 juillet 2019 à Paris. (LIONEL BONAVENTURE / AFP)