Le recteur de Notre-Dame veut construire une cathédrale "éphémère" en bois sur le parvis

Le ministre de la Culture, Franck Riester, a précisé, sur BFMTV, que "la décision n'était pas formellement prise".

Des pompiers marchent sur le parvis de Notre-Dame de Paris, le 16 avril 2019.
Des pompiers marchent sur le parvis de Notre-Dame de Paris, le 16 avril 2019. (MARIE MAGNIN / HANS LUCAS / AFP)

Elle restera installée tout le temps des travaux de reconstruction. Une cathédrale en bois va être élevée sur le parvis de Notre-Dame de Paris, en partie détruite par les flammes, a annoncé, jeudi 18 avril, le recteur de Notre-Dame. Patrick Chauvet a ajouté que la maire de Paris, Anne Hidalgo, avait encouragé le projet et accepté de prêter "une partie du parvis". Le ministre de la Culture, Franck Riester, a précisé, sur BFMTV, que "la décision n'était pas formellement prise".

"Il ne faut pas qu'on dise 'la cathédrale est fermée pendant cinq ans et c'est fini'", a expliqué Patrick Chauvet sur CNews, soucieux que la cathédrale reste "vivante". "Donc je me suis dit : 'Est ce que, sur le parvis, je ne peux pas faire construire une cathédrale éphémère ?'" Il a dit avoir besoin de "délirer un peu" pour "remonter" après le choc de l'incendie.

Un lieu "beau" et "symbolique"

L'installation de la cathédrale provisoire aura lieu "rapidement", a-t-il précisé, dès qu'"on pourra avoir accès" au parvis, encore fermé.

"Beau" et "symbolique", ce "lieu d'accueil, où il y aura des prêtres pour pouvoir parler", servira notamment à accueillir les "curieux" et les cohortes de touristes qui visitaient chaque année Notre-Dame. Ils étaient 12 millions en 2017. Le bâtiment aura vocation à rester jusqu'à la fin des travaux, qui doivent prendre cinq années selon Emmanuel Macron.