Notre-Dame de Paris : onze grandes dates d'une histoire de France

Lieu de culte et de culture : référence pour les catholiques de France, mais patrimoine de tous les Français (et de l'humanité). De grands événements, religieux, politiques, culturels s'y sont déroulés depuis le XIIe siècle. Retour en dix grandes dates sur ce lieu symbolique de l'histoire de France. 

Des combats font rage à quelques pas de Notre-Dame durant l\'insurrection de la capitale entre le 19 et le 24 août. La cathédrale célèbre la Libération de Paris le 25 août 1944.
Des combats font rage à quelques pas de Notre-Dame durant l'insurrection de la capitale entre le 19 et le 24 août. La cathédrale célèbre la Libération de Paris le 25 août 1944. (STF / AFP)

1163 : le début de l'édification

L'évêque de Paris, Maurice de Sully, proche du roi Louis VII, pose la première pierre. L'édification de "Notre-Dame" (dédiée à Marie selon les vœux de l'évêque) se poursuit jusqu'au milieu du XIVe siècle dans un style gothique pur (du gothique primitif auquel s'ajoutent des caractères du gothique rayonnant).

1239 : la Sainte Couronne

Saint Louis dépose à Notre-Dame les reliques de la Passion du Christ, dont la Sainte Couronne, la couronne d'épines posée sur la tête du Christ avant sa crucifixion, selon la tradition chrétienne.

1302 : les premiers Etats-Généraux du Royaume

Le roi Philippe le Bel y tient les premiers Etats-Généraux du Royaume de France : la nef de la cathédrale, alors plus vaste espace couvert disponible, sert à cette assemblée politique on ne peut plus profane.

1594 : la conversion d'Henri IV

Henri IV y fait sa conversion officielle et définitive au catholicisme (après avoir été catholique, marié à Notre-Dame avec Marguerite de Valois en 1572, puis à nouveau protestant).

1792 : la fermeture de la cathédrale 

Le 7 novembre, c'est le début des souffrances de Notre-Dame, qui va être fermée jusqu'au 15 août 1795. La cathédrale est vandalisée, dépouillée : les autels sont saccagés, les statues du portail et de la galerie des rois détruits. L'église devient "temple de la Raison" en 1793, puis entrepôt avant d'être rendue au culte en 1802.

Notre-Dame, rendue au culte depui 1802 : ici la cathédrale au lendemain de la mort de de Jean-Paul II le 3 avril 2005.
Notre-Dame, rendue au culte depui 1802 : ici la cathédrale au lendemain de la mort de de Jean-Paul II le 3 avril 2005. (JOEL ROBINE / AFP)

1804 : le sacre de Napoléon

Le pape Pie VII sacre Napoléon 1er empereur des Français le 2 décembre à Notre-Dame. Près de cinq heures de cérémonie, entre messe et couronnement, immortalisées par le peintre Jacques-Louis David dans son "Le Sacre de Napoléon", œuvre de commande éminemment politique.

1844 : les travaux de restauration

Après la tourmente révolutionnaire, début des travaux de restauration sous la direction d'un certain Eugène Viollet-Le-Duc (et de Jean-Baptiste-Antoine Lassus). L'architecte resté dans l'Histoire, cherche à redonner à Notre-Dame son ambition de cathédrale en habillant à nouveau ses façades dénudées, de statues, gargouilles, chimères…

1918 : la fin de la Grande Guerre

Le 17 novembre, on y chante le "Te Deum" célébrant la fin de la première guerre mondiale. Et le 26 août 1944 on y interprète un "Magnificat" pour célébrer la Libération de Paris en présence du général De Gaulle.

1970 : les obsèques du Général De Gaulle et de François Mauriac

Ce lieu de tous les Français qu'est Notre-Dame célèbre tour à tour les obsèques de l'écrivain François Mauriac le 7 septembre, du général De Gaulle le 12 novembre 1970, de Georges Pompidou en 1974, de François Mitterrand en 1996, de l'Abbé Pierre en 2007.

Les obsèques de Georges Pompidou le 5 avril 1974.
Les obsèques de Georges Pompidou le 5 avril 1974. (AFP)

1999 : les dégâts de la tempête

La cathédrale, qui vient d’être restaurée, ne résiste pas à une tempête des plus violentes : chute de blocs de pierre et pinacles sur la nef et la sacristie. Plusieurs années de travaux seront nécessaires.

2019 : le décrochage de seize statues

Le 11 avril, quatre jours avant l'incendie, 16 statues de cuivre sont décrochées de la flèche de la cathédrale Notre-Dame pour être restaurées, ce qui permet aux spécialistes et aux passants de les voir de près. Dans le ciel de Paris, drôle de périple des statues de trois mètres de haut pesant environ 250 kilos qui prennent le chemin de la Dordogne.

Récit Daniel Wolfromm

France 2