Les dons pour Notre-Dame de Paris n'iront pas à d'autres monuments, assure le ministre de la Culture

Franck Riester a accordé un entretien au "Parisien". "On ne peut pas trahir les donateurs", affirme-t-il.

Le ministre de la Culture, Franck Riester, à l\'Elysée, à Paris, le 24 avril 2019.
Le ministre de la Culture, Franck Riester, à l'Elysée, à Paris, le 24 avril 2019. (LUDOVIC MARIN / AFP)

Après l'incendie de Notre-Dame de Paris, des dons du monde entier ont afflué en masse. Près d'un milliard d'euros de promesses de dons ont déjà été récoltés pour la reconstruction de la cathédrale. Une somme colossale dont l'utilisation interroge. "J'entends des gens qui disent qu'il y aura trop d'argent. Mais c'est un chantier qui va être extrêmement coûteux. (...) Ils iront à Notre-Dame de Paris, pas à autre chose", a assuré le ministre de la Culture, dans un entretien au Parisien, jeudi 2 mai.

On ne peut pas trahir les donateurs qui aident la cathédrale, mais ne veulent peut-être pas donner pour un autre monument.Franck Riesterdans "Le Parisien"

Que faire des dons s'ils dépassent le coût du chantier ? "Pour les utiliser même à plus long terme, on pourra, par exemple, réfléchir à créer une fondation spécifique, avance le ministre. Et de trancher : "Mais ça sera pour Notre-Dame." Et si les dons sont insuffisants pour couvrir les frais de la reconstruction de l'édifice, Franck Riester déclare que "l'Etat sera là pour assurer le financement au-delà du budget annuel de mon ministère pour le patrimoine", tout en affirmant que "ça ne sera pas au détriment des autres chantiers et des autres monuments".