Vidéo Phénomène des bandes : "On le prête plus aux jeunes parce que c'est ce qui est le plus visible"

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 5 min.
357 rixes entre bandes rivales ont été dénombrées en 2020 soit 25 % de plus par rapport à 2019. Comment interpréter ces chiffres ? Retour sur l'histoire des bandes avec Valérian Benazeth, docteur en science politique.
BRUT
Article rédigé par
France Télévisions

357 rixes entre bandes rivales ont été dénombrées en 2020 soit 25 % de plus par rapport à 2019. Comment interpréter ces chiffres ? Retour sur l'histoire des bandes avec Valérian Benazeth, docteur en science politique.

Les bandes. Mais qu'est-ce que c'est ? Valérian Benazeth, docteur en science politique, explique qu'il s'agit "plus d'un système de protection que quelque chose pour envahir et faire n'importe quoi." Plutôt associées aux jeunes, les bandes n'ont pas de tranche d'âge type. "On le prête plus au phénomène jeune parce que c'est ce qui est le plus visible, ce qui interloque le plus la société", développe le chercheur lequel ajoute que des bandes comme les Hells Angels ne sont pas dénuées de toute violence et pourtant moins médiatisées.

À l'origine des bandes : les apaches

Valérian Benazeth situe le début des bandes à la Belle Époque, pendant la 3e République à la fin du 19e siècle. À partir de 1914, le terme employé était les apaches qu'on associait alors à une contre-culture, comme "le fait de refuser un travail soumis, domestique, un travail pas valorisant, arriver à se débrouiller par soi-même", précise le chercheur. "Malgré leur handicap de départ, les conditions d'un territoire et les conditions sociales assez restreintes et modestes, ils arrivaient à vivre une vie qui était autonome, plutôt flamboyante, avec une belle identité, une belle présentation", ajoute-t-il.

Puis, il y a aussi eu une autre culture avec certaines formes de déviances comme l'expérimentation des drogues ou encore l'utilisation de la virilité pour "revendiquer un territoire". "C'est un petit peu ce qu'il y a là et on le voit d'ailleurs, que la première victime des bandes, ce sont d'autres bandes", explique Valérian Benazeth.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Histoire

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.