VIDEO. L’État français vient d’être condamné pour la traite "indigne" des harkis sur son sol

Cette condamnation intervient parallèlement à l’annonce de la mise en place d’un "plan harki" visant à revaloriser leur pension de retraite et dédommager certains enfants de ces anciens combattants.

BRUT

Les harkis, ce sont ces anciens combattants algériens à qui la France à fait appel lors de la guerre d’Algérie. Une fois celle-ci terminée, ces centaines de milliers de supplétifs rentrent chez eux, où ils sont alors qualifiés de traîtres et victimes de représailles par leurs concitoyens. Certains trouvent refuge en France, à partir de l’été 1962, et sont alors placés dans des camps de refuge et de reclassement. Ceux-ci doivent répondre à un double but selon une attestation officielle du ministre des Rapatriés. En premier lieu, "l’hébergement temporaire des familles en attendant leur dispersion vers une destination définitive". Le second objectif est le "tri des nouveaux débarqués en instance d’acheminement vers d’autres lieux." Il est précisé que des travaux doivent assurer "la vie communautaire (en chambrée) à l’exclusion de tout aménagement visant à la création de logements familiaux.“ Mais ces conditions de vie s’avèrent finalement abjectes, comme en atteste l’un de ces occupants : "À l’extérieur, il y a avait des grillages, du fil barbelé, il y avait une entrée qui était surveillée. Vous êtiez controlé si vous entriez. Vous êtiez controlé si vous sortiez."

Une première condamnation et un plan annoncé par Emmanuel Macron

Ce mercredi 3 octobre 2018, soit 56 ans après l’ouverture des premiers camps, l’État a été condamné à "verser une somme de 15 000 euros en réparation des préjudices matériels et moraux subis" par un fils de harki, qui est né et à vécu dans l’un d’entre eux. L’homme avait vu sa demande de réparation rejetée devant le tribunal administratif et la cour administrative d’appel. Il s’était alors pourvu en cassation devant le conseil d’État qui lui a alors donné raison.

Cette première condamnation symbolique apparait parallèlement au nouveau "plan harki" annoncé par le gouvernement. Celui-ci s’engage à débloquer une enveloppe de 40 millions d’euros, destinés à revaloriser les pensions des anciens combattants et à aider leurs enfants qui vivent dans la précarité. Avant Emmanuel Macron, François Hollande avait reconnu "les responsabilités de la France dans l’abandon des harkis." Certaines associations réclament néanmoins une réparation plus conséquente, jugeant celle-ci insuffisante.

VIDEO. L’État français vient d’être condamné pour la traite “indigne“ des harkis sur son sol
VIDEO. L’État français vient d’être condamné pour la traite “indigne“ des harkis sur son sol (BRUT)