Une pétition pour que Joséphine Baker, star des années folles et résistante, entre au Panthéon

Publié
Durée de la vidéo : 1 min.
J_BAKER_PANTHEON
Article rédigé par
France Télévisions

Si l’on vous dit "Osez Joséphine", vous penserez sans doute immédiatement à la chanson d’Alain Bashung. Mais depuis le 8 mai dernier, c’est aussi l’intitulé d’une pétition réclamant l’entrée au Panthéon de Joséphine Baker, star du music-hall de l’entre-deux guerres, qui s’engagea activement dans la Résistance par amour pour la France.

De Joséphine Baker restent ces célèbres images où elle danse un charleston endiablé avec une ceinture de bananes dans la Revue Nègre, spectacle créé à Paris en 1925, qui allait faire sa gloire. Danseuse, chanteuse, meneuse de revue et actrice, Joséphine Baker devient une star des années folles, contribuant aussi à la diffusion en Europe de la musique et de la culture afro-américaine. Une artiste mais aussi une militante. En 1961, dans son château des Milandes en Dordogne, elle reçoit la Légion d’honneur à titre militaire pour son action dans la Résistance durant la Seconde Guerre mondiale. Elle fut aussi décorée de la Croix de guerre 1939-1945 et de la Médaille de la Résistance.

Pétition adressée à Emmanuel Macron

Un engagement et une soif de justice qui l’animera jusqu’à la fin de sa vie, notamment dans ses luttes pour les droits civiques, contre le racisme. "Ma mère n’était pas juste une chanteuse de charleston avec une ceinture de bananes. C’était une femme d’idéaux, d’engagement, et elle s’est battue et a servi et aimé la France", témoigne Brian Bouillon, l’un des douze enfants adoptés par Joséphine Baker, et qui formaient sa tribu arc-en-ciel comme elle l’appelait.

Une femme libre qui pour beaucoup a toute sa place au Panthéon. Pour Laurent Kupferman, essayiste et initiateur de la pétition en ligne baptisée "Osez Joséphine", soutenue par de nombreuses personnalités et qui affiche près de 7000 signatures, Joséphine Baker est le symbole essentiel à l'unité nationale : "Nous avons besoin de nous rassembler. Et elle incarne cet universalisme à la française, qui est évidemment tout sauf le communautarisme et le repli identitaire". Elle serait ainsi la première femme de couleur et la première artiste issue du spectacle vivant à faire son entrée au Panthéon, où seules cinq femmes reposent aujourd'hui. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Histoire

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.