Soulagement en Allemagne : le musée de la saucisse ne se fera pas près de Buchenwald

La divulgation il y a quelques jours du projet de déménagement d'un musée de la saucisse sur le site d'une ancienne dépendance du camp nazi de Buchenwald, avait suscité l'incompréhension et l'indignation en Allemagne et de par le monde. Celui-ci a finalement été annulé, apportant, ce 5 février un grand soulagement notamment à la communauté juive allemande.

Le camp de Buchenwald, près de Weimar en Allemagne, ici en février 2016.
Le camp de Buchenwald, près de Weimar en Allemagne, ici en février 2016. (PATRICK VAN KATWIJK / DPA / dpa Picture-Alliance)
Le projet avait été révélé le 31 janvier dernier : le site d'un camp de concentration allemand dépendant de Buchenwald, pouvait accueillir un musée de la saucisse. Ce projet a tout simplement été annulé ce 5 février 2019.

"Totalement irresponsable" 

"Je me réjouis qu'il ait été décidé de façon consensuelle de chercher un nouvel emplacement pour le musée", a déclaré le 5 février au quotidien Tagesspiegel Josef Schuster, président du Conseil central des Juifs en Allemagne, qui avait vivement protesté contre le projet. Benjamin-Immanuel Hoff, chargé de la lutte contre l'antisémitisme dans l'Etat régional de Thuringe, a obtenu l'annulation du projet de la part de la municipalité de Mühlhausen, où se trouvait cet ancien camp. Le conseil municipal, qualifié de "totalement irresponsable" par Benjamin-Immanuel Hoff, avait dans un premier temps approuvé l'installation.

Le musée, jusqu'ici situé dans une autre ville de Thuringe, s'est excusé sur son site internet auprès de tous ceux "qui ont perçu (son) action comme une minimisation ou une relativisation des crimes du national-socialisme" et a regretté de ne pas avoir été informé "plus tôt" de l'historique du lieu. 

Près de 700 femmes juives internées à partir de 1944

Ce camp satellite de celui de Buchenwald avait accueilli à partir de septembre 1944 quelque 700 femmes juives polonaises et hongroises en provenance d'Auschwitz (Pologne). Elles devaient travailler pour une usine d'armement, faute de quoi elles étaient renvoyées à Auschwitz. Le camp a fermé en février 1945 et les déportées ont été acheminées vers d'autres camps lors de "marches de la mort".

L'usine d'armements se trouvait à moins de trois kilomètres du site choisi pour le musée de la saucisse. Des stèles et plaques commémoratives rappellent l'histoire tragique de ce site.