Seconde Guerre mondiale : le Parti communiste français a-t-il collaboré avec les nazis ?

Mardi 21 mai, sur le plateau de l'émission "Les Grandes Gueules", le journaliste Daniel Riolo a affirmé que le Parti communiste français avait collaboré avec l'occupant nazi. Des allégations démenties par le communiste Ian Brossat. Alors, qui a raison ?

FRANCEINFO

Sur le plateau des "Grandes Gueules", le journaliste Daniel Riolo affirme que le Parti communiste a collaboré avec les nazis durant la Seconde Guerre mondiale. De son côté, le communiste Ian Brossat assure qu'ils ont résisté et que 75 000 communistes ont été fusillés. Alors, qui a raison ? En réalité, le Parti communiste français n'a pas collaboré. "On ne peut pas parler de collaboration pour le Parti communiste, c'est quand même le parti qui paye l'impôt du sang principal pendant la Résistance, et quand il entre dans la Résistance, il le fait avec beaucoup de force", indique l'historien Claude Pennetier à franceinfo.

Le PCF officiellement résistant à partir de 1941

Contacté, Daniel Riolo fait valoir qu'il parlait là du Pacte germano-soviétique, signé le 23 août 1939 en présence de Joseph Staline, traité de non-agression entre l'Allemagne et l'URSS. À cause de lui, le Parti communiste n'a pas résisté officiellement contre les Allemands avant 1941, mais les historiens précisent bien que cela ne signifie pas qu'ils ont collaboré. "Est-ce que, quand on ne fait rien et qu'on a une position qui suit celle de l'URSS, qui au-delà d'un pacte de non-agression, était une véritable alliance de Staline et Hitler, parler de collaboration est très exagéré et absolument horrible ?", s'interroge Daniel Riolo dans une question rhétorique.

Les historiens, eux, expliquent aussi que pendant l'occupation, les communistes seront nombreux à être fusillés par les nazis. "C'est tout l'encadrement du Parti communiste qui est touché. Ce sont leurs meilleurs militants, ce sont des journalistes, c'est le philosophe Georges Politzer, c'est Gabriel Péri... Donc là, vraiment, le Parti communiste est touché au cœur", explique Claude Pennetier. En revanche, le chiffre de 75 000 fusillés répété par Ian Brossat est très exagéré. En réalité, il y a eu au total environ 20 000 personnes fusillées en France à cette époque, dont plusieurs milliers de communistes. 

Des résistants patrouillent dans les Alpes en octobre 1944.
Des résistants patrouillent dans les Alpes en octobre 1944. (LC / AFP)