"Rendez-nous ce qui est à nous" : la Maison de Savoie réclame les joyaux de sa couronne à l'Italie

La Maison de Savoie veut récupérer les joyaux de sa couronne. La famille qui a régné sur l'Italie au début du XXe siècle avait déposé ses bijoux à la Banque d'Italie après la Seconde Guerre mondiale, mais depuis ils n'en sont pas sortis. La famille attaque aujourd’hui la banque et l'Etat italien en justice.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Emmanuel-Philibert de Savoie, lors du premier concours mondial itinérant dédié aux femmes chefs d’orchestre, en janvier 2019. (MAXPPP)

Jamais ils n'ont été officiellement estimés, jamais ils n'ont quitté le coffre de la Banque d'Italie depuis plus de trois quarts de siècle. Les joyaux de la couronne italienne, 26 pièces comprenant plus de 6 000 diamants et 2 000 perles, vaudraient quelques millions d'euros selon certains, plus 300 selon d'autres.

Avant son exil au Portugal et alors que sa famille a collaboré avec le régime fasciste, le roi d'Italie Humbert II dépose ses joyaux à la Banque d'Italie le 5 juin 1946. Selon l'héritier de la famille, Emmanuel-Philibert de Savoie, interrogé par le Corriere della Sera, il est temps que les joyaux reviennent à sa famille : "Le fait qu'ils soient restés enfermés plus de 75 ans dans un coffre est quelque chose de ridicule. C'est ridicule pour nous et pour l'Etat qui n'a jamais voulu les montrer !"

"Ce sont des bijoux qui appartiennent à la Maison de Savoie, que mon grand-père a déposés à la Banque d'Italie pour qu'ils soient remis "à qui de droit". La seule chose que l'on demande c'est : rendez-nous ce qui est à nous."

Emmanuel-Philibert de Savoie

à Corriere della sera

À qui de droit ? C'est bien la clef du problème : la famille ou l’Etat ? Il y a 15 ans, Mario Draghi, qui était alors gouverneur de la Banque d'Italie, n'avait pas trouvé de solution. Il représente aujourd'hui le pays, mais a peut-être d'autres priorités.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Histoire

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.