Patrimoine : une centaine de bénévoles tentent de rénover l'île du large de Saint-Marcouf dans la Manche

Publié
Durée de la vidéo : 3 min.
Patrimoine : une centaine de bénévoles tentent de rénover l'île du large de Saint-Marcouf dans la Manche
FRANCE 2
Article rédigé par
C.Wormser, M.Beaudoin, Y.Rivaukt, Images aériennes : Laura Rochette Petite Roche productions - France 2
France Télévisions

L'île du large de Saint-Marcouf (Manche) où Napoléon fit construire un fort pour se protéger des Anglais. C'est ici que des bénévoles et jeunes en réinsertion professionnelle travaillent en ce moment pour la rénovation du monument.

Vue du ciel, l'île du large de Saint-Marcouf dans la Manche semble inabordable, entourée par d'imposants rochers de plusieurs mètres de haut.  Cette forteresse construite par Napoléon pour se protéger des Anglais semble désormais perdue dans la mer, à sept kilomètres des côtes normandes. Mais depuis quelques jours, dix jeunes en réinsertion professionnelle sont présents sur l'île pour reconstruire certains éléments du monument. "C'est difficile parce que je n'avais aucune connaissance en maçonnerie. En plus, on travaille avec des techniques d'époque, mais ça s'apprend", explique Théo Folliot, bénévole.

"Il faut rendre ce site accessible au public"

Des encadrants techniques accompagnent les bénévoles et jeunes en réinsertion. "Je trouve que le point fort de travailler ici c'est que l'endroit est un accélérateur de cohésion. En arrivant, personne ne se connaît et pourtant quelques heures après, chacun travaille main dans la main", témoigne Charles-Louis Roseau, l'un des encadrants. Les travaux sont colossaux, mais depuis une vingtaine d'années, Christian Dromard et une centaine de bénévoles tentent de sortir le monument de l'oubli. "L'argent on peut l'avoir, on peut le trouver. Maintenant, il faut rendre ce site accessible au public", témoigne le Président de l'association "Les Amis de l'île du Large Saint-Marcouf".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Histoire

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.