Le musée des Confluences de Lyon embarque pour un voyage au bout du monde aux côtés des missionnaires

La nouvelle exposition du grand musée des civilisations porte sur l'intégration de ces hommes de foi lors de leurs missions au bout du monde. 

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Exposition "Jusqu'au bout du monde, regards de missionnaires" au musée des Confluences de Lyon (PHOTOPQR/Le PROGRES/MAXPPP)

Une fois encore le musée des Confluences de Lyon propose de partir à la découverte de civilisations à travers le monde. Sa nouvelle exposition intitulée Jusqu’au bout du monde, regards missionnaires, présente des objets collectés lors des missions des hommes de foi au XIXe siècle. À voir jusqu'au 8 mai 2022.

Expo missionnaires musée confluences Lyon

Des témoins du bout du monde

L'exposition présente une centaine de pièces rapportées du monde entier en les associant aux parcours de vie des hommes de foi qui les ont collectées. Ces objets, rituels ou usuels, témoignaient de cultures jusqu’alors méconnues. Ils sont aujourd'hui les témoins d'une intégration réussie de ces évangélisateurs en terrain souvent "hostile". "C'est sans doute une expérience de vie très étonnante", s'enthousiasme un visiteur. "Déjà aujourd'hui avec la technologie actuelle, il y a des endroits où l'on irait pas forcément, donc à l'époque c'était encore plus admirable de leur part", constate un autre.

Mission de Kanowit, Bornéo Au centre, Thomas Jackson, à droite, Edmund Dunn 1883 - Annales de la Propagation de la Foi, 1885 (© O.P.M.)

À chaque ensemble est associé un court portrait du missionnaire. Au fil du parcours et des continents, des images d’archives contextualisent la collection ou la mission. Deux grandes vitrines au fond de la salle présentent des séries de modèles réduits d’embarcations et d’instruments de musique, toutes géographies confondues. 

Exposition "Jusqu'au bout du monde, regards de missionnaires" (PHOTOPQR/Le PROGRES/MAXPPP)

Explorateurs et missionnaires

Sur le terrain, confronté à des territoires et des climats souvent difficiles, à des langues et des coutumes étrangères, chaque missionnaire doit inventer une approche adaptée. Certains développeront des compétences scientifiques : "Ces missionnaires qui, au départ, partent propager la foi dans un but d'évangélisation sont de curieux infinis. Certains se spécialisent dans l'entomologie, d'autres dans la cartographie et ils ramènent des objets qui témoignent de leur vie", explique Cédric Lesec, directeur des relations extérieures et de la diffusion. 

Joseph Bernard avec ses chiens, St Mary's Igloo, 1910  (© O.P.M.)

Ces objets étaient, la plupart du temps, offerts aux missionnaires. Ils constituent aujourd'hui une précieuse documentation ethnographique et anthropologique aux chercheurs contemporains. "Par son étude et sa présentation, cette collection ne se contente donc pas d’ouvrir une fenêtre sur le passé : elle actualise notre compréhension des peuples du monde et interroge nos représentations successives de ces cultures", détaille Hélène Lafont-Couturier, directrice générale du musée des Confluences. Des images diffusées sur écran accompagnent ces témoignages sonores de femmes et d’hommes en mission aux quatre coins du monde.

Carte du Kilimandjaro, d’après le dessin d’Alexandre Le Roy, Les Missions Catholiques, 1892  (© O.P.M)

Pourquoi à Lyon ?

Ces missions ont vu le jour à Lyon au début du XIXe siècle avec la fondation de l’Œuvre de la Propagation de la Foi. Créée à l'initiative de Pauline-Marie Jaricot cette association avait pour vocation de soutenir (financièrement et autre) les prêtres et religieux catholiques missionnaires.

Pauline Jaricot, initiatrice de la fondation de l’Œuvre de la Propagation de la Foi (© Jean-Loup Charmet / O.P.M.)

Au cours de leurs missions d’évangélisation, des hommes et des femmes partent vers l’Asie, l’Afrique, l’Océanie ou les Amériques d'où ils rapportent des objets. Certains d'entre eux sont aussi envoyés à Lyon en cadeau et pour témoigner de leur présence au bout du mondeDepuis 1979, le musée des Confluences, qui a hérité du fonds du musée Guimet, est le dépositaire des quelque 2300 objets appartenant aux Œuvres Pontificales Missionnaires. 

Jeu d’échecs Entre 1884 et 1893 - Chine, ancienne Mandchourie Bois peint  (© musée des Confluences – Patrick Ageneau)

Exposition "Jusqu’au bout du monde, regards missionnaires" au musée des Confluences de Lyon jusqu'au 8 mai 2022

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Histoire

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.