"La rose dégoupillée" : quand une figure de la Résistance décide, malgré le traumatisme, de raconter son histoire en bande dessinée

Arrêtée par la Gestapo à 19 ans, Madeleine Riffaud raconte son histoire dans une bande dessinée dont le premier tome, "La Rose dégoupillée", sort aujourd'hui.

Article rédigé par
Mathilde Ansquer - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Madeleine Riffaud, 96 ans, ancienne résistante de la Seconde Guerre mondiale et journaliste, est photographiée lors d'une interview à son domicile à Paris, le 16 août 2021. (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)

La bande dessinée La Rose dégoupillée de Jean-David Morvan et Dominique Bertail sort ce 20 août aux éditions Dupuis dans la collection Aire Libre. Le premier tome d'une trilogie sur l'histoire de Madeleine Riffaud, adolescente résistante, arrêtée par la Gestapo à 19 ans.

Pendant 50 ans, elle n'a rien dit. "Je n'avais pas envie d'en parler, j'ai perdu la mémoire, c'était post-traumatique alors je n'avais pas envie de revenir là-dessus, je me disais que c'était dangereux", murmure-t-elle.

Partager le devoir de mémoire

Après la Libération de Paris en 1944, Madeleine Riffaud tombe malade et décide de garder le silence. Mais tout change en 1994 après la visite de Raymond Aubrac, haut responsable de la résistance qu'elle appelle encore "son supérieur." "Il m'a dit : 'Tes petits copains, ils ont été fusillés à 17-18 ans, tout le monde les a oubliés et toi, toi tu ne fais rien', évidemment je lui ai dit 'si vous le prenez sous cet angle, je ne peux plus dire non'," poursuit-elle.

Elle a alors décidé de témoigner dans des écoles, lors de conférences et dans des films. Jusqu'au jour où on lui propose un tout nouveau projet. Son téléphone sonne. 

"Un monsieur que je ne connaissais pas me dit qu'il veut faire une bande dessinée avec mon histoire. Je ne suis pas d'accord, je lui dis 'monsieur on m'a mis à toutes les sauces, ça suffit comme ça'."

Madeleine Riffaud

Finalement, Madeleine Riffaud accepte pour une raison principale : continuer à diffuser le message d'espoir de la Résistance. Au fil des entretiens, elle devient amie avec le scénariste, qu'elle appelle affectueusement par son prénom, Jean-David. Elle passe des heures à lui raconter son histoire. Les tracts, les faux papiers, les copains arrêtés et cette mission, donnée par ces chefs : "Vous allez avoir un avis devant tout le monde, en plein soleil, en plein Paris, ça voudra dire la libération est proche, préparez-vous à vous lever."

C'est un ordre, elle s'éxécute. Madeleine Riffaud est arrêtée, livrée à la Gestapo, torturée pendant cinq semaines rue des Saussaies. "Encore maintenant je ne passe pas devant cette rue, je fais le tour, trop de souvenirs atroces", grince-t-elle.

Aujourd'hui, raconter cette histoire reste douloureuse pour Madeleine Riffaud. Pour autant, elle espère que cette bande dessinée permettra de faire connaître la Résistance à un public plus jeune.

Madeleine Riffaud, figure de la Résistance, raconte son histoire en bande dessinées - Reportage de Mathilde Ansquer
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Histoire

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.