Journée nationale des mémoires de la traite, de l'esclavage et de leur abolition : comment enseigner l'histoire aux collégiens ?

Publié
Journée nationale des mémoires de la traite, de l'esclavage et de leur abolition : comment enseigner l'histoire aux collégiens ?
Article rédigé par
P.-Y. Salique, P. Lacombe, A. Lussien, B. Blondel, C. Beauvalet, Martinique La 1ère - France 3
France Télévisions

Le 10 mai marque la Journée nationale des mémoires de la traite, de l'esclavage et de leur abolition. Instituée en 2006, elle vise à inciter à mieux faire connaître cette page de l'histoire. Comment est-elle enseignée dans les collèges, et perçue par les élèves ? 

À Rivière Pilote (Martinique) comme à Niort (Deux-Sèvres), deux classes, de 4e et de 3e, étudient la même période de l'histoire : la traite négrière et l'esclavage, qui a touché les deux territoires. En Martinique, le travail est essentiel pour les jeunes générations. L'histoire est celle de leurs ancêtres, et donc la leur. "Il y a une différence entre ce qu'on leur apprend, et la réalité de leur vie quotidienne. Ils oublient qu'on est des terres de mémoires, et que ce sont de choses qui ont vraiment eu lieu", explique Laury Belrose, professeur d'histoire et de géographie. 

"Je pense que ça devrait être un fil conducteur" 

La France, comme d'autres pays européens, a échangé des tissus, des armes ou des alcools contre des esclaves africains, et ont rapporté des Antilles sucre, tabac et café. En trois siècles, 13 millions de Noirs ont été déportés. À Niort, des collégiens ont choisi d'explorer l'époque par une émission de radio, une pièce de théâtre ou une poésie. "Je pense que ça devrait être un fil conducteur depuis la 6e, sur la construction de la citoyenneté", estime Nathalie Bucero, professeure d'histoire et de géographie. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.