Cet article date de plus d'un an.

Haute-Vienne : les personnes condamnées pour des délits mineurs reverseront une contribution citoyenne au Centre de la mémoire d'Oradour-sur-Glane

De 100 à 3 000 euros, la contribution citoyenne concerne tous les personnes jugées pour des propos haineux, qu'ils soient antisémites, racistes ou bien homophobes.

Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Le 10 juin 1944, les soldats SS de la division Das Reich commettaient à Oradour-sur-Glane (Haute-Vienne) le plus grand massacre de civils perpétré en France. (YVES-MARIE QUEMENER / MAXPPP)

Les personnes condamnées en Haute-Vienne, coupables de délits mineurs, devront désormais reverser une contribution citoyenne au Centre de la mémoire d'Oradour-sur-Glane. L'annonce a été faite par la directrice du Centre sur France Bleu Limousin.

>> "C'est essentiel de témoigner" : à 96 ans, Robert Hébras est le dernier survivant du massacre d’Oradour-sur-Glane

Le parquet de la Haute-Vienne et le Centre de la mémoire ont signé un partenariat cette semaine. Cette contribution citoyenne de 100 à 3 000 euros concerne toutes les personnes jugées pour des propos haineux, qu'ils soient antisémites, racistes ou bien homophobes. L'idée n'est pas seulement de sanctionner mais aussi de faire de la prévention.

Séance de sensibilisation

En plus de cette contribution financière, les personnes concernées devront également suivre une séance de sensibilisation d'une ou deux heures dispensées par la directrice du centre de la mémoire, Babeth Robert, qui a déjà reçu trois personnes dans ce cadre. Le but est de montrer que les mots ont un sens : "Derrière ces mots, il y a des actes discriminatoires, d'antisémitisme mais pas seulement. Nous leur montrons aussi des témoignages vidéo des victimes des crimes commis à Oradour", confie la directrice à France Bleu Limousin.

Le village d’Oradour-sur-Glane, à 22 kilomètres de Limoges, est connu du monde entier pour porter les traces du massacre de sa population par une unité de la Waffen SS, le 10 juin 1944.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.