Expositions, cinéma, concerts et cuisine : la ville d'Ajaccio célèbre en grand le bicentenaire de la mort de Napoléon

A Ajaccio, le bicentenaire de la mort de Napoléon est célébré sous toutes ses formes. 

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Napoléon Bonaparte, musée des Beaux Arts d'Ajaccio, par le baron François Gérard (LEMAIRE STEPHANE / HEMIS.FR)

A Ajaccio, ville natale de Napoléon, le bicentenaire de sa mort, le 5 mai, donnera lieu à une année de commémorations avec expositions, concerts, cinéma et même cuisine, pour rappeler les racines corses de cette figure historique.

"Si je n'ai pu exécuter ce que je projetais pour la Corse, j'ai du moins la satisfaction d'avoir fait quelque chose pour Ajaccio", avait déclaré Napoléon à ses mémorialistes sur l'île de Sainte-Hélène, au crépuscule de sa vie.

Napoléon, empereur déchu et prisonnier des Britanniques, en exil à Sainte-Hélène (Mary Evans Picture Library/SIPA / SIPA)

Si ces commémorations font débat, Napoléon ayant créé le code civil ou l'université mais aussi rétabli l'esclavage, la ville d'Ajaccio a tranché : "C'est son île, son enfance, ses racines. Tout cela a inévitablement contribué à forger son destin qui, malgré les parts sombres, reste exceptionnel", a souligné auprès de l'AFP l'adjoint au maire chargé des festivités, Christophe Mondoloni.

"Ne pas commémorer sa disparition reviendrait à ignorer l'Histoire", a-t-il ajouté, en détaillant le programme.

Un "portrait en musique de l'Empereur"

Ces célébrations seront marquées le 5 mai, si l'épidémie de Covid-19 le permet, par la reconstitution en costumes d'époque du retour des cendres de Napoléon, ramenées de Sainte-Hélène à Paris en 1840.

Un concert suivra à la cathédrale, sous la direction du chef d'orchestre Jean-Christophe Spinosi, afin "de brosser le portrait en musique de l'Empereur", autour de 1809, année "charnière, musicalement et politiquement", qui marque la fin de la campagne d'Autriche.

Parmi les expositions prévues, l'une, intitulée Dans le marbre et dans l'airain : la mémoire des Bonaparte en Corse, permettra de découvrir à la Maison Bonaparte, unique musée national de Corse, du 10 avril au 11 juillet, les secrets des statues élevées à la gloire de cette dynastie.

Au même endroit, Les Bonaparte et l'Antique, un langage impérial permettra, du 25 septembre au 10 janvier, d'approcher plusieurs centaines d'ouvrages et de planches gravées issues des legs du cardinal Fesch, l'oncle de Napoléon.

Napoléon "Superstar" et poulet marengo

Côté cinéma, l'exposition Napoléon Superstar!, en partenariat avec le magazine Paris Match, permettra de redécouvrir grâce à des photos exposées à travers la ville en juillet et août, les grands films qui ont rendu hommage à l'Empereur.

Fin novembre, une version restaurée des sept heures du Napoléon du cinéaste Abel Gance sera également présentée à l'espace Diamant d'Ajaccio.

Cinéma toujours avec une exposition au musée Fesch des Beaux-Arts du 30 juin au 4 octobre baptisée Napoléon au temps du cinéma muet, les débuts du 7e art, et une soirée cinéma en plein air, le 13 août, lors des traditionnelles journées napoléoniennes qui verront également les cours des musées accueillir des bals Second Empire.

Mi-octobre, la Chapelle impériale, qui abrite la nécropole des Bonaparte où reposent notamment les parents de Napoléon, sera exceptionnellement ouverte pour des visites guidées.

Et pour les insatiables, un concours et des ateliers culinaires baptisés "dans les papilles de Napoléon" sont organisés en avril avec la cheffe parisienne Ghislaine Arabian, deux étoiles au Michelin et ancienne jurée de l'émission Top Chef. Si le poulet marengo est sans doute le plat le plus célèbre associé à Napoléon, c'est l'agneau et le "brocciu", un fromage au lait de brebis, qui seront déclinés en recettes napoléoniennes.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Histoire

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.