8 mai 1945 : une ancienne résistante témoigne

À deux jours des commémorations de la fin de la Seconde Guerre mondiale, les équipes de France 2 sont parties à la rencontre de Jeannette Vanderschooten. Cette résistante centenaire continue aujourd'hui de raconter son histoire aux plus jeunes.

Toute la vie de Jeannette Vanderschooten, 100 ans, est résumée en quelques pages. Cette résistante se souvient bien du 8 mai 1945. "C'était un soulagement. C'était la fin du nazisme, du fascisme. C'était une victoire importante. On avait lutté pour ça", explique-t-elle. Pendant des années, cette communiste de la première heure va combattre l'occupant allemand. Elle entre dans la résistance avec son mari et rédige des tracts.

"C'était dangereux, mais il fallait le faire"

Elle les distribue dans les boîtes aux lettres pour tenter d'éveiller les consciences. "C'était dangereux, mais il fallait le faire", lâche la résistante, qui agissait la nuit avec son mari. Le 8 mai 1945 et les jours qui suivent, Jeannette Vanderschooten n'a pas le cœur à la fête. Elle refuse d'aller défiler dans les rues. "Tout le monde était heureux, mais c'était une journée de deuil pour moi. Je repensais à tous les combats menés pendant quatre ans", précise la résistante, qui pensait à tous ses camarades morts pendant la lutte. Aujourd'hui, elle témoigne de son expérience dans les écoles, afin de délivrer un message de paix aux plus jeunes.

Le JT
Les autres sujets du JT
Commémorations du 8 mai à Montpellier en 2010. AFP
Commémorations du 8 mai à Montpellier en 2010. AFP (PATRICK VALASSERIS / AFP)