Changement de nom des Pyrénées-Orientales : les 17 000 personnes consultées par France Bleu plébiscitent l'appellation "Pays-Catalan"

C'est l'appellation "Pays-Catalan" qui remporte la consultation en ligne lancée par France Bleu Roussillon pour remplacer "Pyrénées-Orientales".
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Le pont-aqueduc romain d'Ansignan (Pyrénées-Orientales). (MANUEL COHEN / MANUEL COHEN)

Les 17 000 auditeurs de France Bleu Roussillon qui ont participé à la consultation lancée par la radio sur son site internet, ont majoritairement voté pour l'appellation "Pays-Catalan", afin de remplacer l'actuel nom de leur département des "Pyrénées-Orientales", fait savoir lundi 15 janvier France Bleu Roussillon.

L'appellation "Pays-Catalan" arrive en tête du sondage, avec 56% de voix, devant "Pyrénées-Orientales", le nom actuel, à 18%, "Pyrénées-Catalanes" à 17%, "Pyrénées-Méditerranées" à 6%, un autre choix à 2%, et "Pays-Catalan-Fenouillèdes" qui recueille 1% des voix.

Un vote à l'automne prochain

Le Département va organiser une grande consultation sur ce changement de nom avec un vote à l'automne prochain, mais France Bleu Roussillon a souhaité prendre la température en amont. Dans ses vœux à la presse de lundi, la présidente du Conseil départemental, Hermeline Malherbe, a précisé le calendrier de cette consultation officielle.

En février, un groupe de travail se mettra en place pour déterminer les modalités de la consultation citoyenne, et le ou les différents noms soumis. Ce groupe rassemblera des acteurs de la culture et de la langue catalane, les représentants des chambres consulaires, mais également des universitaires en droit et des chercheurs, précise France Bleu Roussillon.

Les conclusions de ce groupe seront connues entre mai et juin. Le nom retenu par la consultation citoyenne sera ensuite proposé à l'Etat, et au Conseil d'Etat qui rendra un avis. C'est le gouvernement qui aura le dernier mot, assure France Bleu Roussillon.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.